Football

Ricardo Sa Pinto et Sébastien Pocognoli étaient face aux médias ce vendredi au stade Roi Baudouin pour préfacer la finale de la Coupe qui mettra aux prises le Standard à Genk ce samedi à 20h45.

Le coach portugais a d'abord fait le point sur son noyau en indiquant que son groupe était "complet", hormis les suspensions d'Agbo et Laifis. Quant à Carcela, "on verra s'il joue tout le match ou non".

Interrogé ensuite sur les deux victoires lors de la phase classique en championnat face au même adversaire, le tacticien a réfuté qu'elles constituaient un avantage pour les siens. "On ne peut pas comparer ce match à nos deux victoires face à Genk cette saison. Ils sont bons et ont un nouveau coach. C'est du 50-50."

Prudent mais aussi ambitieux

Si Sa Pinto ne veut pas donner un favori dans cet affrontement, il se montre en revanche ambitieux pour décrocher un premier trophée.

Au vu du parcours des Liégeois, qui ont sorti Anderlecht, Ostende et le FC Bruges, "nous méritons cette Coupe mais il n'y a pas de logique dans le football". 

Pocognoli en soutien moral

Relégué sur le banc depuis quelques semaines, le capitaine des Rouches ne se plaint pas de sa situation. "Mon cas personnel n'est pas important. Trois semaines sur le banc ne changent rien. Je suis encore capitaine et je guide le groupe. J'essaie d'aider mes partenaires. Demain sera une journée comme une autre. Motiver les gars et soulever la Coupe après", explique Sébastien Pocognoli qui voit désormais Collins Fai arpenter son flanc gauche et Mpoku porter le brassard.

Un professionnalisme à toute épreuve salué par son entraîneur. "Poco est le capitaine dont tout le monde rêve. Un vrai pro, une vraie mentalité et il a l'amour du club. Je ne l'ai pas aligné ces derniers temps. Il mérite de jouer mais je dois faire des choix. Mon cœur pleure quand je ne peux pas aligner un gars comme lui."