Football

Ghelamco, la société de construction en charge du projet du stade national, veut reprendre les discussions avec Anderlecht.

En février, le RSCA s’était officiellement retiré des négociations au sujet d’une future location. "Si le projet demeure tel quel, nous ne jouerons pas dans le stade national", avait encore justifié Herman Van Holsbeeck fin juillet.

Cela a incité Ghelamco à apporter plusieurs modifications au projet. "Comme Anderlecht l’a demandé, deux rangées de loges ont été rapprochées du terrain", explique Philip Neyt, dirigeant de Ghelamco. "Pour l’Euro 2020, le stade doit contenir 60.000 places. Mais comme nous construirons la partie supérieure en métal plutôt qu’en béton, nous pourrons réduire la capacité à 50.000 personnes en enlevant cette partie. Nous pourrons même descendre à 40.000 places. Nous avons aussi fait des concessions suite aux demandes des riverains."

La possibilité de revoir à la même table le RSCA et Ghelamco pourrait constituer une avancée importante dans ce dossier délicat. Dont on ne sait toujours pas, à l’heure actuelle, s’il aboutira.