Gillet: "J’ai failli perdre ma jambe pour mon pays"

Interview > Y. T. et B. D. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Football

Les Diables se sont peut-être trouvé un arrière droit fixe. Déjà convaincant à Wembley et pas mauvais contre les Pays-Bas, Guillaume Gillet a été l’une des (très) bonnes surprises du déplacement au Pays de Galles. L’Anderlechtois est bien déterminé à s’installer de manière durable dans cette équipe où, bien entouré, il parvient à élever son niveau.

Parti pour du bon à ce poste, Guillaume?

“Je ne crie pas trop vite victoire. Je prends match par match. Contre la Croatie, par exemple, cela va être un match très chaud. C’est un sérieux client, qui est dans le top 10 mondial. Cette partie sera plus compliquée que celle à Cardiff.”

Saviez-vous que vous étiez le seul joueur du championnat belge à avoir eu du temps de jeu, vendredi?

“C’est un peu bizarre. Il fut un temps – avec Constant Vanden Stock comme sélectionneur – où les Diables jouaient même avec 11 Anderlechtois. Mais je dois dire que c’est facile de jouer avec de tels joueurs, qui ont acquis beaucoup d’expérience dans de grands clubs étrangers. Je sais que si je fais une erreur, j’ai toujours Vincent ou Thomas derrière moi pour m’aider.”

Et saviez-vous que vous étiez le Belge le plus âgé sur le terrain?

“Avec mes 28 ans ? Igor et Timmy sont plus âgés, mais ils n’ont pas joué. Le temps passe vite.”

James Collins vous en veut pour sa carte rouge après une faute sur vous. ‘Il en a rajouté’, dit-il.

“(Il nous montre les traces de studs sur sa cheville et sur ses cuisses). Il n’y avait pas photo. Il m’a attrapé avec deux pieds. Il a même déchiré le short de cycliste que je mets sous mon short de foot. J’ai failli perdre ma jambe pour mon pays. Je ne crois pas qu’on avait besoin de cette carte rouge pour gagner.”

Le public vous a sifflé à Cardiff.

“De temps en temps c’est le cas à Sclessin aussi. Mais je trouvais que le public gallois n’était pas vraiment en forme. Ce n’était pas vraiment le style British comme je l’attendais.”

Vous-même, vous êtes déjà à une jaune après un match, après ce sliding sur Bale.

“Je ne l’ai pas touché sur cette phase ! Contre les Pays-Bas, j’avais fait le même sliding, sans toucher mon adversaire. Il était tombé et s’était pris la jaune lui-même, pour avoir plongé. Bale m’a serré la main après le match. Mais son maillot, il l’a échangé avec Vertonghen, son coéquipier à Tottenham. Je ne me suis pas trop tracassé quand il est venu jouer sur mon flanc. J’étais bien dans le match, j’avais pleine confiance.”

Publicité clickBoxBanner