Football Depuis 2014, le Diable, encore à créditer de deux offrandes contre Liverpool (5-0), est le meilleur passeur d’Europe.

Le début d’anomalie a été réparé avec la manière. Depuis le début de la saison, Kevin De Bruyne n’avait pas délivré la moindre passe décisive, naviguant loin de ses standards en la matière.

Mais KDB a attendu ce premier sommet de la saison pour retrouver son meilleur niveau et a étalé à nouveau son savoir-faire en la matière qui a fait le bonheur de Sergio Agüero puis de Gabriel Jesus.

L’Argentin s’est régalé d’une merveille de passe en profondeur que ni les milieux ni les défenseurs des Reds n’ont sans doute pas encore déchiffré sur l’ouverture du score. Le Brésilien, lui, s’est délecté de deux centres délivrés avec une précision d’orfèvre et qu’il a, de la tête, expédié au fond des filets du pauvre Simon Mignolet. Le premier but a été refusé pour une position de hors-jeu, pas le second.

Cette maîtrise de la dernière passe, avec un éventail de possibilités sans limite, fait de lui la référence en la matière en Europe depuis plus de trois ans. Elle vient aussi nourrir le parallèle avec un certain David Beckham.

"Il a cette qualité exceptionnelle. J’ai évolué avec un centreur et passeur formidable en termes d’efficacité, Beckham, et De Bruyne me rappelle Beckham", a relevé sur Skysport Gary Neville. "Il est réfléchi et précis, il parvient toujours à trouver la solution. Trop souvent, vous voyez des centres qui se dirigent simplement dans une zone de la surface de réparation mais De Bruyne a cette qualité pour trouver son coéquipier. David Beckham était comme lui, il était exceptionnel à regarder."

Ce qui s’est traduit par le titre d’homme du match avec lequel il est reparti sous le bras, preuve que des passes décisives peuvent être plus appréciées que des buts.

"Il a cette qualité et cet engagement, il est intelligent et comprend les choses rapidement. Il a fait un nombre important de passes, il va vite et il voit des espaces que d’autres ne voient pas. Il est bon avec le ballon et trouve les espaces. Nous sommes ravis de l’avoir. Et je suis très content de ses performances", s’est félicité Pep Guardiola.

Comme il l’a fait depuis le début de la saison, le Catalan a aligné le Gantois dans une position axiale, lui faisant tenir un rôle hybride de meneur/relayeur aux côtés de David Silva, Fernandinho assurant derrière eux le sale boulot à la récupération. Et De Bruyne s’y épanouit avec un taux de passes réussies impressionnant de 79 % selon InStat avec notamment 5 passes clefs desquelles ont découlé autant d’occasions.

Dans sa volonté d’orienter le jeu, le Diable a multiplié les échanges avec ses deux latéraux, Kyle Walker (22 passes échangées) et Benjamin Mendy (18) n’oubliant pas non plus son compère David Silva (19) avec qui il entretient une relation technique toujours aussi fluide. Mais il s’est donc surtout singularisé par ses deux premières passes décisives de la saison. Qui ne seront pas les dernières…