Football

Guy Thys était un entraîneur, un homme, apprécié de ses collègues, de ses joueurs et du monde du football. Morceaux choisis.

Michel D'Hooghe: « La Fédération perd le plus grand entraîneur de son histoire. Celui qui a enchaîné les succès les plus mémorables, de l'Europeo italien de 1980 au point d'orgue de sa carrière: la demi-finale du Mondial mexicain en 1986. Guy Thys méritait largement, à l'époque, le titre, prestigieux, d' entraîneur mondial de l'année que les spécialistes lui avaient décerné. Guy Thys était un ami. Un confident. Je n'ai jamais oublié qu'il m'a dépanné en équipe nationale, pendant trois mois, à une époque où les jeunes entraîneurs avaient mené une sorte de fronde. Il est devenu, ensuite, un des ambassadeurs du football belge les plus appréciés dans le monde.»

Raymond Goethals: «Je viens de perdre un ami d'enfance. Un équipier, aussi. Nous avons évolué dans la même formation du Daring, celle de Bob Van Kerckhoven. Au début des années quarante. Guy officiait dans la ligne d'attaque. Comme entraîneurs, nous étions finalement très similaires sur le plan tactique: nous cherchions en priorité, tous deux, à assurer nos arrières. C'est sur le plan du caractère que nous différions le plus: Guy parlementait davantage que moi. Il était plus malléable que moi. Plus conciliant. Beaucoup plus diplomate...»

Jean-Marie Pfaff: «C'est un leader qui n'avait de problème avec personne. Il avait l'art de travailler avec les vedettes et d'en tirer le maximum. Il a tant fait pour le foot belge qu'ils peuvent lui construire un monument à Bruxelles. Je garderai toujours cette image de cet homme courant vers moi après la qualification aux tirs au but face à l'Espagne au Mundial 86 mexicain.»

Jan Peeters: «Il était encore actif à la Fédération, comme public relations vers les sponsors et comme membre du jury à l'école des entraîneurs. Guy Thys est tout simplement l'entraîneur le plus important que l'équipe nationale ait connu. Son palmarès parle de lui-même: il a porté très haut les couleurs du football belge. Je veux avant tout penser aujourd'hui à sa famille, à qui je présente mes sincères condoléances.»

© Les Sports 2003