Hazard ouvre le grand marché

Thibaut Roland Publié le - Mis à jour le

Football

Les chiens aboient et la caravane passe. Le car aussi d’ailleurs. Hier matin, alors que le petit-déjeuner des Diables aux Thermes de Chaudfontaine était resté gentiment chahuté par le transfert d’Eden Hazard à Chelsea, le nouveau joueur londonien vit l’autobus des Diables partir sans lui. "Cela lui apprendra qu’il faut arriver dix minutes plus tôt au rendez-vous pour être sûr d’être là à l’heure."

Preuve que les temps ont désormais changé en faisant basculer la vieille époque des clans et des petites guerres orchestrées, tout le vestiaire belge avait choisi mardi soir de fêter le transfert d’Eden Hazard à Chelsea. Un champagne offert par l’ancien Lillois et choisi par les bons soins et le bon goût de Vincent Kompany, telle était hier la punition et l’addition gentiment infligées au joueur pour son retard du matin. "Pas plus d’un verre, chacun", précisait Marc Wilmots, histoire de ne pas jeter à l’eau le programme diététique que le sélectionneur national avait pris soin d’établir à la mi-journée (barbecue allégé, l’essentiel du plat tenant à base de poulet).

Pas de polémique, peu de remous, pas de débat. Mais une question. Et si le transfert d’Hazard à Chelsea ne faisait qu’augurer le mercato le plus foisonnant de l’histoire belge ? Car derrière le cavalier seul, la meute semble déjà se presser.

Alors que le dossier de Jan Vertonghen (en partance pour Tottenham) ne paraît pas avoir avancé d’un jet de pierre depuis la semaine dernière, deux autres dossiers belges pourraient très vite se débloquer. A commencer par celui de Radja Naïnggolan à qui la Juventus de Turin continue de faire une cour assidue sans se soucier du grand guignol joué par Massimo Cellino, le président déjanté de Cagliari. "Il m’a dit qu’il me ferait plaisir cet été comme il avait refusé de me lâcher en janvier mais avec lui, tout peut rapidement changer, vous savez", rappelait hier l’Italien d’adoption.

Reste que le suspense ne devrait pas s’amuser à s’éterniser. Le contrat avec la Juventus est déjà passé entre les mains de l’agent de Naïnggolan et ne demande plus qu’à être signé. "Disons que lundi, mon agent m’a montré le contrat que je peux signer à la Juve. Tout est prêt mais il reste deux obstacles que je ne peux pas prévoir : l’intérêt d’autres clubs et le prix que Cagliari entend demander pour mon transfert."

Le prix ? 15 millions selon les derniers aveux arrachés au joueur ("mais avec mon président, cela peut très vite changer"), soit un montant loin de titiller les 40 briques alignées par Chelsea pour s’offrir le génie d’Eden Hazard. Mais tandis que certains s’émeuvent encore du montant dégainé par le club londonien, un autre Diable pourrait bien tourner autour des mêmes chiffres au point de les dépasser. Officieusement courtisé par deux clubs du "Big Five" anglais, Marouane Fellaini sait mieux qu’un autre que le chapitre d’Everton ne devrait pas tarder à se tourner. "On verra bien si je change de club mais je peux vous dire que d’échange avec Lukaku, je n’en ai jamais entendu parler."

De source sûre, on apprenait pourtant hier que la piste de Chelsea n’était pas autant fermée. Si d’aventure l’ancien joueur du Standard devenait demain le cinquième mousquetaire belge de l’équipe londonienne, la mode belge serait définitivement partie pour définir les couleurs et les tendances de l’été.

Publicité clickBoxBanner