Football

Hein Vanhaezebrouck a lu un communiqué puis a interdit toutes questions sur Deschacht lors de sa conférence de presse ce jeudi.

« Je vais vous lire un message sur Deschacht. Après, vous ne pourrez pas me poser de question sur ce cas. Mais bien sur le match à Saint-Trond. » Hein Vanhaezebrouck s’est ensuite lancé dans la lecture du mot qu’il avait écrit lui-même, dans les deux principales langues nationales:

« Il n’y a jamais eu de souci entre Deschacht et Vanhaezebrouck. Il a joué 80% des matches avec moi, bien plus qu’avec mon prédécesseur. Je l’ai même soutenu pendant ses soucis extra-sportifs alors que je n’étais pas encore à Anderlecht. »

« Je n’ai pas l’habitude d’envoyer des joueurs dans le noyau B. Olivier est quelqu’un de spécial à Anderlecht vu sa très longue carrière et je n’ai pas beaucoup de solutions en défense centrale. Mais malgré tout ça, on a pris cette décision. On se fait mal nous-même mais les faits sont tels que ça nous obligeait à prendre cette décision. Ce n’est pas une décision du coach seul. Les joueurs, le staff et la direction ont chacun discuté de ce qu’il fallait faire et tout le monde est arrivé à la même conclusion. »

« Le but n’est pas du tout de trouver une victime. On aurait fait la même chose pour n’importe quel joueur. Et on aurait aussi fait ça si on était en tête avec 10 points d’avance. Ce n’est pas pour provoquer un choc mais juste parce qu’on était obligé. »

« La sanction est fixée pour une durée indéterminée. Contrairement à ce que j’ai pu entendre, ça ne veut pas dire qu’il ne reviendra jamais. On veut juste créer une atmosphère positive où on se serre les coudes. »