Football

Le projet de fusion des championnats de football belge et néerlandais de l'entraîneur de l'équipe nationale des Pays-Bas Marco van Basten connait peu d'intérêt de la part des instances concernées. Les présidents des deux fédérations intéressées ont en effet réagi avec très peu d'engouement, vendredi.

Jan Peeters, le président de l'Union Belge de Football (URBSFA), s'est dit étonné de voir d'anciens plans ainsi remis sur la table. Les anciens président du PSV Harry Van Raaij et manager d'Anderlecht Michel Verschueren avaient déja émis cette idée de fusion, il y a quelques années. «Oh, cela fait déja quelques temps que l'on avait discuté de ces plans. La fédération néerlandaise (KNVB) avait à l'époque décidé de ne pas appuyer l'idée. Donc il me semble normal d'attendre d'abord un coup de fil de la KNVB avant de réagir », a confié le président belge, tout en admettant qu'il n'est pas non plus un adversaire de l'idée. «Non, tout rejeter à l'avance, je ne fais pas non plus. »

Son homologue néerlandais Henk Kesler est pour sa part plus précis: «C'est une bonne initiative, mais aussi une utopie. Ce plan n'est pas réaliste. Une étude avait été réalisée il y a quelques années, démontrant le peu d'intérêt économique du projet.

Van Basten avait expliqué dans l'édition de vendredi du journal néerlandais ncr.next que cette fusion diminuerait le fossé qui existe entre les compétitions de ces deux pays et les grands championnats européens. «Cela nous permettrait de garder nos joueurs et de percevoir plus de droits de télévision », avait émis Van Basten.