Football

Quel incroyable retournement de situation dans le transfert du "box-to-box" d'Anderlecht ! Le Sporting est sur le point de faire signer le numéro 1 sur sa liste : Jan Polak ! Contre toute attente, il est arrivé à Bruxelles, hier en soirée, accompagné de son manager, Pavel Paska. Les hommes vont se mettre à table avec le Sporting pour trouver un arrangement à propos du contrat du Tchèque mais nul doute qu'ils ont déjà un accord de principe. Sinon, Polak ne serait pas venu à Bruxelles.

Les clubs, eux, ont déjà accordé leurs violons sur le prix de transfert. Le prix du Tchèque avoisinerait les 3,5 millions. C'est la même somme que celle déboursée pour Boussoufa, et c'est un record pour le Sporting.

Alors, comment ce changement de situation a-t-il été possible ? Daniël Zitka, qui est l'intermédiaire entre Anderlecht et Polak, n'avait-il pas dit qu'il était sûr à 95 pc que son compatriote ne viendrait pas ? Eh bien, quelques heures plus tard, Polak est rentré dans le bureau de Martin Bader, le manager sportif de Nuremberg, en témoignant de son envie de quitter le club.

La raison ? Il sentait que son entraîneur, Hans Meyer, ne lui donnerait pas sa chance, vu le dispositif tactique qu'il a en tête. Et puisque Polak veut à tout prix être présent à l'Euro 2008, il cherche un club où il est sûr d'avoir sa place. Hier matin, il a pris la route d'Anderlecht. Après un voyage de 6 heures, le joueur est arrivé à Bruxelles mais il n'est pas encore passé au club.

Entre-temps, le site de Nuremberg confirmait que son joueur avait lui-même demandé de pouvoir bénéficier de deux jours de congé pour régler son transfert avec Anderlecht. Étant donné qu'il passe des tests médicaux aujourd'hui, on peut en déduire qu'il sera anderlechtois ces prochains jours.

Martin Bader, le manager de Nuremberg, insiste sur le fait que le club n'a pas mis Polak à la porte. "Mardi soir, Jan est venu me dire qu'il voulait aller à Anderlecht, assure-t-il. Rien ne peut encore retenir son transfert. La donne a changé d'un jour à l'autre : d'abord, Jan ne voulait pas aller au Sporting, maintenant, il est déterminé à y signer."

Selon Bader, le grand mérite revient à Anderlecht. "Le club n'a pas laissé Jan tranquille. Zitka n'a raconté que du positif au sujet d'Anderlecht, tout comme Jan Koller. C'est grâce à Koller qu'il sera anderlechtois. Polak est très fier qu'Anderlecht ait tellement insisté pour l'avoir."

Bader est élogieux concernant Jan Polak. "Si on a gagné la Coupe, la saison passée, c'est en grande partie grâce à lui. C'est un joueur de classe, un récupérateur de ballons qui infiltre souvent. Nous avons déjà Galasek dans ce rôle. On ne peut pas garder Jan sur le banc. Il a une bonne mentalité et va certainement renforcer Anderlecht. Il est utile dans des moments difficiles."