Football

Le sujet est tabou. La plupart des joueurs ignorent d’ailleurs les émoluments de leurs équipiers. Contrairement aux États-Unis, où tous les chiffres sont publics, la Belgique et l’Europe préfèrent entretenir le mystère autour des salaires des footballeurs. En partie pour ne pas choquer le grand public. Mais surtout pour éviter les jalousies dans les vestiaires...

Dans ce contexte nébuleux, La Dernière Heure a mené l’enquête auprès des dirigeants, joueurs et agents pour tenter de disperser le brouillard et de dresser le Top 10 des footballeurs les mieux payés dans le championnat belge. Les montants cités sont des estimations des salaires brut annuels (en sachant qu’en Belgique, le taux de taxation est de 50 %). Ils ne comprennent pas les primes (qui représentent en moyenne 40 % du salaire total).

Au final, le grand gagnant est Dieumerci Mbokani (1,8 million €), qui devance de très peu Milan Jovanovic (1,7 million €). Le podium est d’ailleurs 100 % mauve puisque Lucas Biglia arrive en 3e position (1,5 million €).

Le Sporting pourrait sans aucun doute postuler pour le titre de meilleur employeur : il est le club qui a, de très loin, la plus grosse masse salariale en Belgique (35 millions pour la saison dernière, pour 21 à Bruges, 19 à Genk et 18 au Standard). Car derrière les têtes de file, les autres cadres ne sont pas en reste : des joueurs comme Proto, Gillet et Vargas empochent entre 700.000 et 850.000 euros annuels. Le salaire de Suarez entre dans cette même tranche, ce qui peut paraître surprenant. Mais le Soulier d’Or aura bientôt une très belle augmentation quand il signera son nouveau contrat...

Derrière le champion en titre, le Club Bruges est le club qui peut, pour certains, se montrer le plus généreux, avec trois joueurs au-dessus du million : Carlos Bacca (1,25 million €), Meme Tchite (1,2 million €) et Vadis Odjidja (1 million €).

Au Standard, Van Damme (1 million €) est l’exception qui confirme la règle : les dirigeants ne sont pas de bons payeurs. Imoh Ezekiel, par exemple, a eu droit un nouveau contrat en décembre. La révélation rouche empoche désormais entre... 300.000 et 350.000 euros par an !

Il serait injuste d’oublier que la plupart des footballeurs de D1 sont très loin de gagner ces montants-là. À Mons, par exemple, le salaire moyen est de 120.000 euros brut. Soit 5.000 euros net par mois. Pas de quoi rouler en Ferrari, en somme...