Football Avec ses blessures à répétition, la question de la présence du défenseur de City à la prochaine Coupe du Monde est posée.

Vincent Kompany s’est encore blessé. Et c’est le nouvel épisode d’un feuilleton qui n’a que trop duré.

Le Diable aligne, avec ses blessures à répétition, des statistiques aussi hallucinantes que son club au niveau du nombre de victoires. Et de cette constatation, qui peut parfois prêter à sourire, débouche souvent une question beaucoup moins drôle : Vincent Kompany doit-il être du voyage en Russie ?

Il est d’ailleurs intéressant de noter que le fait même de s’interroger à ce sujet est déjà un hommage rendu au défenseur de Manchester City. À son niveau de jeu, à son impact dans le vestiaire et à son passé chez les Diables. Car il est certain que le commun des mortels ne serait pas en course pour une place dans une sélection nationale, en cumulant autant de blessures. Ce sort est réservé aux icônes. Et à ce petit jeu, il est important de rappeler le cas de Zinedine Zidane au mondial 2002, qui peut servir ici de véritable jurisprudence. Malgré une blessure, le génial meneur de jeu avait été du voyage avec les Bleus en Corée du Sud. Mais il n’avait pu empêcher un fiasco pour l’équipe de France, sortie de la phase de poules sans avoir marqué le moindre but.

Du côté des arguments qui pousseraient Roberto Martinez à se passer de Vincent Kompany il y a donc les blessures. Leur fréquence, leur variété et les durées d’indisponibilité qui les accompagnent. Et le fait que le principal intéressé ait déjà avoué, au micro de Sky, "ne pouvoir rien promettre concernant sa santé."

© IPM
© IPM
© IPM
© IPM
© IPM

À cause de cela, le défenseur de City a été aligné moins d’un match sur trois depuis deux ans avec son club. Avant donc de se poser la question de sa sélection pour la Coupe du Monde en Russie, il convient d’abord de se demander si le Diable sera opérationnel en juin prochain.

Au regard du passif de Vincent Kompany, il faudra certainement compter sur un alignement parfait des planètes pour qu’il soit sélectionnable au moment du départ pour la Russie. Et si par miracle tel est le cas, ses durées d’indisponibilité, où les jours annoncés au moment des blessures se transforment souvent en semaines, pourraient refroidir Roberto Martinez au moment de ses choix. Peut-on emmener en Russie un joueur qui risque d’être forfait pour le reste de la compétition au premier pépin ?

Certaines données, même si elles ne sont pas légion, plaident tout de même en faveur de Vincent Kompany. Le Diable est titularisé à chaque fois qu’il est opérationnel avec City. Malgré le ras-le-bol à peine voilé de Pep Guardiola à propos de ses blessures. Réussir à retrouver sa place de titulaire à chaque retour dans ce qui est certainement le meilleur club du monde actuellement prouve à quel point Vincent Kompany a toujours un sacré niveau de jeu. Et même en cas de blessure, le défenseur de City pourra toujours avoir un rôle essentiel au sein du vestiaire.

Cela sera-t-il suffisant pour aller en Russie ? Seul Roberto Martinez connaît la réponse.

Kompany, pas indispensable à City

Les Skyblues n’en finissent plus de gagner. Avec ou sans le défenseur belge.

"Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais malheureusement Vincent est à nouveau blessé." Pep Guardiola, un brin fataliste, n’a pas voulu trop s’étendre sur le cas de son défenseur en conférence de presse.

Peut-être pour éviter de montrer son agacement, comme il avait pu le faire à propos de la blessure de Vincent Kompany lors du derby mancunien du 10 décembre.

L’entraîneur de Manchester City ne s’est pas non plus attardé sur l’origine de la blessure du Diable. "Nous devons attendre pour en connaître la gravité", s’est simplement contenté d’annoncer le Catalan.

Comme éviter de trop en dire. Et pour s’abstenir de se lancer dans un pronostic quant à la durée d’indisponibilité de Vincent Kompany, toujours si difficile à anticiper.

Il est également compliqué aujourd’hui de s’avancer sur l’impact que va avoir ce nouveau contretemps dans les rapports entre Pep Guardiola et son défenseur. "Nous ne pouvons pas compter sur lui sur de longues périodes", avait regretté le Catalan le 10 décembre à propos de la précédente blessure de Vincent Kompany.

Ces paroles prennent à nouveau tout leur sens, alors que le Diable n’a pas pu terminer son deuxième match après sa reprise. Pep Guardiola avait rapidement redonné sa confiance à Vincent Kompany après l’indisponibilité qui avait suivi le derby mancunien. Mais la clémence du Catalan est-elle sans limite ?

Les résultats actuels de Manchester City ne plaident pas non plus en la faveur du défenseur des Diables. Car, en son absence, les Citizens se débrouillent très bien. Vincent Kompany a participé totalement ou partiellement à neuf matchs de Manchester City depuis le début de saison. Alors que le club entraîné par Pep Guardiola affiche le bilan prodigieux de 27 victoires en 29 rencontres.

Vincent Kompany n’est donc plus indispensable, c’est le moins que l’on puisse dire. Et ses blessures ne semblent même pas enrayer l’implacable machine à gagner des Skyblues. "Nous avons très bien commencé. Et puis nous nous sommes très bien adaptés lorsque nous avons eu un problème avec Vincent", rappelait Pep Guardiola après la victoire face à Newcastle.

Une déclaration qui résume à elle seule la situation très inconfortable dans laquelle se trouve désormais Vincent Kompany.