L'Espagne "entre dans la légende"

AFP Publié le - Mis à jour le

Football "Historique", "l'Espagne conquiert la triple couronne" et "entre dans la légende", "Ce que personne n'a jamais réussi": la presse espagnole portait aux nues lundi la victoire de la Roja face à l'Italie à l'Euro-2012 (4-0).

"HISTORIQUE. Triplé de légende: Euro-2008, Mondial-2010 et Euro-2012", résumait le journal sportif Mundo Deportivo à la Une. "L'Espagne et personne d'autre - La Roja s'affiche comme la meilleure équipe de tous les temps", n'hésitait pas à écrire son confrère Marca, tout comme AS qui proclamait à la Une: "LA MEILLEURE équipe de l'histoire".

"L'Espagne conquiert la triple couronne. La victoire de l'Euro fait entrer l'équipe espagnole dans la légende", proclamait aussi en Une le quotidien El Pais, comme les autres journaux généralistes.

"Ce que personne n'a jamais réussi", renchérissait El Mundo, tandis que ABC titrait sur "l'Espagne invincible".

"Les succès du football espagnol offrent un soulagement indirect bien qu'éphémère face aux conséquences destructrices de la récession et du chômage dont souffrent la société espagnole", ajoutait le journal dans un éditorial.

"Car, ajoutait-il, le football ne peut pas se substituer à une bonne gestion politique ni à la prospérité économique, et ne doit pas être une raison de les exiger, mais elle peut injecter une dose de confiance dans des moments difficiles".

"Déception" pour les Azzurri "fatigués", selon la presse

"Déception" et "larmes" pour l'équipe italienne, qui, "fatiguée", a été surclassée par l'Espagne (4-0) en finale de l'Euro-2012: la presse italienne faisait lundi le constat de la supériorité absolue de l'adversaire à Kiev, même si, relève-t-elle, les Azzurri ont fait une très belle prestation durant le tournoi.

"Italie, merci quand même!", notait le grand quotidien de centre-gauche La Repubblica, qui faisait sa manchette sur "les Azzurri: la grande déception":

"Le visage de Balotelli en larmes disait tout: ce sont les plus forts, les plus beaux à voir, les plus imaginatifs, les plus sereins qui ont gagné. Plus que de nous vaincre, ils nous ont humiliés. Ca n'a pas été un match, mais une leçon spectaculaire de foot".

Bons perdants, les journaux s'inclinaient tous sans récrimination face à la victoire évidente des "grands d'Espagne" contre des "Azzurri" arrivés "épuisés" à la finale.

"L'Espagne bouscule une Italie fatiguée. Mais merci aux Azzurri pour le rêve", titrait l'autre grand quotidien Corriere della Sera, en parlant d'une "partie à sens unique" dimanche soir.

"Grands d'Espagne", titrait de son côté la Gazzetta dello sport, qui s'inclinait devant "la supériorité technique et athlétique des Ibères" et qui notait aussi que "les Azzurri étaient épuisés pour la finale".

"L'Espagne entre dans l'histoire, les pleurs de l'Italie", proclamait sur toute sa une le journal de Rome Il Messaggero.

AFP