La défense de Mons n'a pas fait le poids face à Malines (3-0)

Publié le - Mis à jour le

Football Une semaine après le revers face au Sporting Charleroi (2-3) dans des circonstances particulières (NdlR : trois buts encaissés en onze minutes), Mons a pour mission de relancer la mécanique lors d’un périlleux déplacement à Malines. Une partie que le mentor des Dragons , Enzo Scifo, aborde avec sérénité.

“Je ne vais pas tout révolutionner , expliquait le T1 hennuyer. Je ne travaille pas sur le court terme, je me base sur une vision plus longue. Des changements dans une équipe, il faut les réaliser dans de bonnes conditions. Je ne vais pas chambouler toute mon équipe sous prétexte d’une mauvaise rencontre. Et encore, on doit seulement parler d’une mauvaise entame de match car en deuxième mi-temps face à Charleroi, j’ai vu du positif. Par contre, après seulement 20 minutes de jeu face aux Zèbres, j’aurais pu remplacer trois joueurs. Mais je ne possède pas dans mon noyau des joueurs aux profils grandement différents”.

Enzo Scifo espère surtout que ses hommes ne voudront pas trop en faire pour rattraper leur défaite du week-end dernier.

“Ce serait une grosse erreur. Il ne faut pas partir à Malines avec l’obsession de vouloir gagner absolument parce qu’on s’est incliné contre Charleroi. Sinon, on va faire n’importe quoi. J’attends de mon équipe qu’elle soit bien en place et présente dans la rencontre. Je sens bien mon groupe qui a évacué au fil des jours la frustration du derby hennuyer. Ce qu’on a connu face au Sporting, je n’ai jamais vu cela lors des dix dernières années en D1. Je ne suis donc pas inquiet. Ce serait différent si cela se reproduisait une deuxième et une troisième fois.”

Devant se passer des services de Franquart, suspendu, Enzo Scifo alignera Daan Van Gijseghem au sein de son axe défensif…

“Depuis deux semaines, il est physiquement au point et j’ai senti un déclic dans son jeu à l’entraînement. On se devait de se montrer patient avec Daan qui n’avait plus joué depuis longtemps et sortait d’une période difficile. C’est maintenant à lui de confirmer cela en match. En début de campagne, on m’a dit que de posséder quatre défenseurs centraux (NdlR : Sapina, Franquart, Van Gijseghem et Lépicier) dans le noyau, c’était trop. Maintenant, je vois que j’avais raison avec les blessures et les suspensions qui se succèdent”.

Et en guise de conclusion, pas question pour le coach montois d’allumer son arrière-garde qui n’a pas encore gardé le zéro cette saison. “Certains joueurs (NdlR : on imagine les milieux de terrain) du collectif n’ont pas l’habitude de défendre. Si ceux-là effectuent 5 % de travail en plus, nous aurons le droit d’être ambitieux…”

Publicité clickBoxBanner