Football

Une marée humaine de plus de 100.000 personnes s'est rassemblée mardi à Berlin pour acclamer l'équipe d'Allemagne de football de retour du Brésil après avoir remporté son quatrième titre de champion du monde.

L'avion de la "Nationalmannschaft" s'est posé peu avant 10h10 (08h10 GMT) à Berlin-Tegel. Sur une terrasse de l'aéroport donnant sur les pistes, plusieurs centaines de fans aux couleurs nationales noir-rouge-or ont hurlé dès que l'appareil de la Lufthansa --rebaptisée Fanhansa pour le Mondial-- a touché le tarmac, avec à son bord les "héros" qui ont conquis le premier sacre mondial pour l'Allemagne depuis la Réunification du pays en 1990.

Un pilote brandissait par un hublot un drapeau allemand pendant que l'appareil avec l'inscription "avion de la victoire" en lettres d'or sur le flan, roulait encore sur la piste.

Le capitaine Philipp Lahm est sorti le premier. Il a descendu les marches, tenant le trophée de la Coupe du monde dans une main. Au pied de l'avion, il l'a brandi en direction des supporters qui hurlaient et applaudissaient en criant "hoho Deutschland".

Lahm était immédiatement suivi par Bastian Schweinsteiger enveloppé dans un drapeau allemand. Suivaient les autres joueurs, tous en tenue de sport, short ou survêtement. L'entraîneur Joachim Löw, tout de noir vêtu et portant des lunettes de soleil, a fermé la marche, en portant lui-même sa valise.

Une marée humaine attendait pendant ce temps à la Porte de Brandebourg, au coeur de la capitale.

Bernd Hesse, 34 ans, un chauffeur de bus berlinois, était aux aguets avec son téléobjectif sur la terrasse de l'aéroport. "C'est un événement historique. La dernière coupe du monde de l'Allemagne remonte à 1990. Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de voir cela. Souvent les joueurs arrivent à Francfort mais aujourd'hui, c'est Berlin", explique-t-il à l'AFP, en soulignant qu'il a suivi tous les matchs à la radio en conduisant son bus. "Pendant quatre semaines les joueurs m'ont fait vibrer. C'est ma façon à moi de les remercier", confie Lydia lampa, 28 ans, commerciale dans une agence de pub de berlin.

Une fois sur le sol allemand, les joueurs ont posé pour les photographes avant d'embarquer dans des autocars vers la Pariserplatz, aux abords de la Porte de Brandebourg. Ils devaient faire la dernière partie du trajet à bord d'un camion ouvert leur permettant de saluer la foule massée au bord des rues.

Ils devait être accueillis par le maire de Berlin, Klaus Wowereit et signer le livre d'or de la ville.

Ils pourront se rafraîchir et se changer avant d'aller à la rencontre des plus de 100.000 personnes attendues sur l'avenue du 17 juin, devant la Porte de Brandebourg, où des écrans géants ont été installés.

Devant le monument berlinois, les fans affluaient depuis le petit matin pour fêter ce 4e titre. Selon des témoins, certains ont passé la nuit dans leur voiture pour s'assurer d'une bonne place.

L'équipe de Joachim Löw doit saluer le public depuis une scène d'environ 30 mètres de long installée devant le célèbre monument berlinois, entourée de messages géants comme "Merci les garçons". Sur un bus à gauche de la scène, on pouvait lire : "nous sommes le 12eme homme".

Toutes les générations étaient présentes, à l'image de la famille Felgentreff. Ils ont conduit 630km depuis Aachen (ouest) pour rejoindre leur frère et ses enfants à Berlin et assister au retour historique de la Mannschaft. "L'ambiance est aussi géniale que le jour où le mur est tombé", confie Christine Felgentreff, une enseignante de 53 ans. Elle explique que son mari Ulrich avait vécu trois titres (1954, 1974, 1990) et est né l'année du premier en 1954 : "Chacun ressent une immense fierté". "Le rêve aurait été de gagner en 2006 quand l'Allemagne organisait la Coupe du Monde, mais ce titre au Brésil reste extraordinaire", dit-elle.

Une partie des joueurs, qui évoluent au Bayern, devaient s'envoler dans l'après-midi vers Munich.

"Nous sommes tous champions du monde", lance Löw aux Allemands

Joachim Löw, le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne vainqueur de la Coupe du monde de football, a partagé le trophée avec le public allemand rassemblé mardi à Berlin en lançant: "nous sommes tous champions du monde".

"Je dois remercier tous les fans en Allemagne. Sans vous, nous ne serions pas là. Nous sommes tous champions du monde", a déclaré Löw, arrivé sur un podium à la Porte de Brandebourg, devant des centaines de milliers de supporters en délire.

Vêtus de pantalon ou short de sport et d'un tee-shirt noir arborant un grand numéro 1, les joueurs de la "Nationalmannschaft" se sont ensuite présentés en petits groupes sur une grande estrade d'une trentaine de mètres de long. Schweinsteiger est apparu enveloppé dans un drapeau allemand.

Le capitaine de l'équipe d'Allemagne de football Philipp Lahm a brandi le trophée de la Coupe du monde devant la foule qui l'acclamait. "Depuis que je suis enfant, j'en ai rêvé", a déclaré Lahm, en remerciant le public pour son soutien.

Les joueurs ont rendu un hommage appuyé à Miroslav Klose, meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde (16 buts) en chantant avec le public "Miro Klose, Miro Klose".

"C'est génial. Ca a été un moment super", a dit l'attaquant Lukas Podolski. "Nous sommes méga-fiers de ce que nous avons réalisé. Nous l'avons enfin gagné (la Coupe du monde). Nous sommes fiers des fans", a dit le défenseur Peer Metersacker. "C'est un rêve", a dit le buteur de la finale contre l'Argentine (1-0), Mario Götze. "Bonjour Berlin, je suis fier d'être Berlinois", s'est exclamé Jérôme Boateng, qui a grandi dans la capitale

Leur retour en images

C'était il y a deux jours, mais Mesut Ozil n'en revient toujours pas: l'Allemagne est championne du monde de football!




Victorieuse de l'Albiceleste, la Mannschaft a pris le vol retour vers l'Allemagne, avec un supplément bagage spécial Coupe du monde.




Après avoir fêté la victoire de leur équipe toute la nuit ce dimanche, les Allemands s'apprêtent à recevoir leurs champions, grands gagnants du tournoi pour la quatrième fois. (1954, 1974, 1990, 2014). Les célébrations s'annoncent énormes!


© AFP


© AFP


© AFP


© AFP