Football

La 51ème minute du match entre la Belgique et l'Angleterre et le bijou d'Adnan Januzaj ont changé le cours de la Coupe du Monde des Diables Rouge ainsi que celle des Three Lions!

Le monde entier avait les yeux rivés sur ce match qui promettait une belle affiche tant il y a avait sur la pelouse - et davantage sur le banc - un florilège de joueurs talentueux.

Roberto Martinez et Gareth Southgate ont chacun opté pour une équipe remaniée. Alors que le sélectionneur des Belges avait opté pour 9 changements, on en comptait un de moins du côté britannique.

Comme les meilleurs joueurs n'étaient pas sur la pelouse, beaucoup d'observateurs ont été quelque peu frustrés ou déçus.

Pas peur du Brésil

En battant les Anglais, les Diables avaient de fortes chances de tomber sur le grand Brésil en quart de finale. Bien sûr, il faudra disposer du Japon et la Seleçao de Neymar devra battre le Mexique. Les probabilités donnent quand même davantage un Brésil-Belgique plutôt qu'une autre affiche.

Le journal flamand De Standaard juge donc que " les Diables rouges ont montré qu’ils étaient sportifs et ambitieux et qu’ils ne craignaient personne, pas même un quart de finale contre le Brésil". La bande à Eden Hazard est certainement plus 'excitée' par ce match plutôt que par un Belgique-Suisse ou Belgique-Suède en quart.

C'est aussi ce que pense le journal espagnol El Pais. C'est d'ailleurs leur titre : " la Belgique n’a pas peur": Avant de détailler : " Bien que paradoxal, il y a des nuits où la victoire ne fait pas envie, surtout dans un tournoi comme la Coupe du monde, surtout si la victoire vous amène des rivaux potentiels au pedigree impressionnant comme le Brésil, l’Argentine, la France, l’Uruguay et le Portugal. Mais les Diables rouges marchent sans peur. Peu importe si ce sont les joueurs principaux ou les substituts qui jouent, les joueurs de Martinez gagnent encore et encore ".

"L'excellence individuelle d'Adnan"

Ils étaient nombreux les joueurs à sortir du banc et à essayer de prouver au sélectionneur qu'ils peuvent valoir mieux que le banc. C'était le cas notamment d'Adnan Januzaj. Le joueur d'origine albanaise et kosovare a sorti un bijou de son pied gauche, après avoir magnifiquement fixé Danny Rose. Il a ainsi donné quelque chose à se mettre sous la dent de tous les observateurs qui guettaient du spectacle.

La presse mondiale salue son geste. De " Un but de toute beauté" de CNN, à "un tir fantastique" du Volkskrant, en passant par " Son tir remarquable a donné aux Belges l’avance méritée et au jeu une valeur de divertissement supérieure" du quotidien allemand Die Welt ou encore par " Le but de Januzaj était un moment d’excellence individuelle dans un match qui n’en a pas beaucoup montré " du New-York Times, le joueur de la Real Sociedad a convaincu tout le monde.

So Foot y va carrément en ces termes: "Dans tous les bons coups, il était en première ligne du peu d’animation offensive proposée par les Diables. Jusqu’à ce coup de génie à l’heure de jeu : double crochet, frappe enroulée pied gauche et nettoyage en règle de la lucarne de Pickford. Comme une manière de dire : " Regardez-moi ! Je ne suis pas mort et j'ai toujours autant envie de gagner." Avant de retourner sagement s’asseoir sur le banc pour laisser la place à Dries Mertens". 

Pas mérité? Vraiment?

Tout me monde ou presque... Car une partie de la presse estime que la victoire belge n'est pas méritée.

C'est le cas du moins du quotidien La Repubblica. Le quotidien italien parle surtout d'un match insipide au cours duquel l'équipe B belge semblait un peu plus solide et inspirée...

Les médias Français dézinguent

Dans l'Hexagone, on a moins bien perçu ce match. "Belges et Anglais ont livré l’une des parties les plus lénifiantes de ce Mondial. (ndlr: après France-Danemark?) Quelques coups de génies ont parfois éclairé la soirée, mais l’attitude générale trahissait des joueurs déjà projetés sur le prochain tour », écrit le quotidien Le Monde.

L'Equipe va dans le même sens: "l’affiche Angleterre-Belgique n’a pas tenu toutes ses promesses. Heureusement que pour casser la monotonie, le public de Kaliningrad a pu compter sur la fulgurance d’Adnan Januzaj".

Plusieurs médias français et britanniques épinglent le fait que les supporters belges donnaient de la voix quand Tielemans prenait une jaune. C'est le cas de So Foot: "un public belge qui s’émerveille parce que Tielemans prend un jaune prématuré (confirmant alors la deuxième place de la Belgique, laquelle évitait le Brésil en quarts). Peut-on alors vraiment parler de professionnalisme devant ce genre de match ?".