Football

3e Dosunmu trouve Delen à gauche. Celui-ci remise vers Brogno mais Carini se couche sur la reprise du Carolorégien.

12e Le centre de Paas trouve Brogno dont la reprise frôle la barre transversale.

13e Walasiak se heurte à Deelkens.

15e Haraldsen prolonge de la tête un coup franc sur l'intérieur du poteau avant que Carini ne s'empare du ballon.

20e Riise trouve Aarst. Le Norvégien lance Goossens en profondeur mais le tir du Liégeois est dévié par Hoefkens.

25e Deelkens détourne l'envoi de Walem au prix d'une belle détente.

52e Walasiak lance parfaitement Goossens à droite dont le centre instantané est repris victorieusement par Aarst (0-1).

60e Riise isole Walem à gauche mais Aarst arrive un rien trop tard pour prolonger le centre de l'Ecaussinnois.

68e Hoefkens centre, Enakarhire tergiverse et Brogno, à l'affût, rétablit l'égalité (1-1).

72e Walasiak trouve Aarst au deuxième poteau. Son tir croisé trompe Deelkens (1-2).

83e Carini loupe sa sortie face à Brogno mais Okpara sauve en catastrophe.

87e Delen agresse Riise en toute impunité et Dosunmu s'empare du ballon avant de tromper Carini (2-2).

90e + 1 Deelkens détourne l'envoi d'Aarst.

90e + 2 Walasiak tire le coup de coin sur la tête de Vandooren (2-3).

SCLESSIN Les dirigeants n'auraient sans doute pas pu choisir un meilleur moment pour annoncer, durant la semaine qui précéda ce match, qu'ils en avaient marre de voir les managers rôder autour des pelouses afin de piller leur école des jeunes. Car les jeunes joueurs du Standard, ceux-là même qui ont décidé de progresser dans leur club de formation, ont donné une belle leçon de courage et d'abnégation à tous ceux qui se sont laissé attirer par l'argent trop facilement gagné. Samedi soir, ils ont relayé leurs dirigeants sur la pelouse en démontrant que le Standard disposait bel et bien d'un des meilleurs centres de formation du pays.

Car même si Okpara pouvait finalement tenir sa place dans l'axe de la défense, ce furent, à nouveau, les onze joueurs âgés de moins de 24 ans parmi les dix-huit éléments retenus par Dominique D'Onofrio qui permirent à Aarst, notamment, d'inscrire ses 100e et 101e buts en division 1 mais, surtout, au Standard de s'imposer dans une Campine qui ne lui avait souri qu'une seule fois, pour quatre défaites, au cours des cinq dernières années.

«Ce samedi soir, pas un seul jeune n'a fait tache, résumait Christian Piot. Ils ont montré qu'ils étaient bien dans leur tête. Ils bénéficient, en outre, de la confiance du groupe. La bonne ambiance a fait sa réapparition dans les vestiaires comme sur le terrain. Les joueurs se sont battus et y ont cru pendant 92 minutes. Ils se sont révoltés de manière positive après l'égalisation de Westerlo en fin de partie car ils se sont sentis floués. C'est ça la mentalité Standard

Car l'égalisation de Westerlo en fin de partie avait été aidée par la complaisance d'un arbitrage beaucoup trop indulgent vis-à-vis de Delen lorsque celui-ci offrit le ballon à Dosunmu après avoir propulsé Riise au tapis au prix d'une prise digne des meilleurs films de Bruce Lee.

Mais la détermination affichée auparavant par Aarst, qui avait ouvert le score avant de répondre à l'égalisation de l'excellent Toni Brogno, allait être prolongée par le jusqu'au-boutisme et la fougue d'une jeunesse enthousiaste et conquérante à l'image de Jonathan Walasiak, impliqué dans les trois buts de son équipe.

«Les jeunes méritent tous un grand coup de chapeau, admettait Dominique D'Onofrio. Ils ont prouvé que le Standard pourrait compter sur eux à l'avenir car leur marge de progression est grande.»

© Les Sports 2003