La vidéo sur la ligne de but autorisée au Mondial 2014

AFP Publié le - Mis à jour le

Football

La technologie sur la ligne de but sera utilisée lors du Mondial-2014, après deux tournois Fifa, a annoncé jeudi l'International Board (Ifab), organe garant des lois du jeu au sein de la Fédération internationale (Fifa).

La technologie sur la ligne de but (acronyme anglais: GLT) sera utilisée au Mondial des clubs en décembre 2012 à Tokyo, à la Coupe des Confédérations 2013 au Brésil et au Mondial-2014 au Brésil, sous certaines conditions, a annoncé le secrétaire général de la Fifa Jérôme Valcke, lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion de l'Ifab à Zurich.

Les deux entreprises ayant pris part à la seconde phase de tests (mars-juin 2012) ont été retenues: les sociétés Hawk-Eye (système est basé sur l'utilisation de caméras) et GoalRef (qui se sert d'un champ magnétique et d'un ballon spécial).

Cette autorisation est cependant soumise à "l'installation finale dans chaque stade avant que les systèmes soient utilisés dans les +vrais+ matches de football, dans le respect du programme de qualité de la Fifa pour la GLT", précise la Fifa dans un communiqué.

Sous l'impulsion du président de la Fifa Joseph Blatter, partisan de la technologie sur la ligne de but, l'Ifab avait pour la première fois accepté d'ouvrir ce dossier en octobre 2010, peu après la polémique soulevée par Allemagne-Angleterre (4-1) en 8e de finale du Mondial, lorsque le but de l'Anglais Frank Lampard n'avait pas été validé par l'arbitre, qui n'avait pas vu le ballon rebondir derrière la ligne de but.

Le débat avait été relancé lors de l'Euro-2012 après le but non accordé à l'Ukrainien Marko Devic contre l'Angleterre (0-1), alors que le ballon avait là aussi franchi la ligne avant que l'Anglais John Terry ne le dégage. Dès le lendemain, Joseph Blatter avait assuré sur Twitter: "Après le match d'hier, la technologie sur la ligne de but n'est plus une possibilité, c'est une nécessité".

A l'inverse, Michel Platini avait réaffirmé son opposition au précédent que constituerait l'introduction de la GLT. "Si on a la technologie sur la ligne de but, pourquoi pas sur la ligne de fond ?, s'était interrogé le président de l'UEFA. Et s'il y a une main sur la ligne qui n'est pas vue par l'arbitre ? Je ne suis pas contre la technologie sur la ligne de but, je suis contre l'arrivée de la technologie parce que ça ne va pas s'arrêter là".

Fifa: l'arbitrage à cinq autorisé dans les compétitions officielles

L'arbitrage à cinq va être autorisé dans toutes les compétitions officielles, a annoncé jeudi l'International Board (Ifab), organe garant des lois du jeu au sein de la Fédération internationale de football (Fifa).

A l'instigation de Michel Platini, président de l'UEFA, l'arbitrage à cinq était déjà expérimentée à l'échelle européenne, sur ses trois compétitions majeures: à l'Euro pour la première fois cette année, en Ligue des champions depuis deux saisons et en Europa League depuis trois saisons.

La Fifa autorise le port du voile féminin pendant les matches

Le port du voile (ou hijab) pour les joueuses a été autorisé jeudi par l'International Football Association Board (Ifab), organe garant des lois du jeu, a annoncé la Fifa lors d'une conférence de presse. Cette mesure, demandée par la Confédération asiatique (AFC) et le Prince Ali Bin al Hussein de Jordanie, un des six vice-présidents de la Fifa, avait bénéficié en mars d'un "accord de principe" de l'Ifab qui avait toutefois souhaité attendre le "résultat d'un examen accéléré de toutes les questions liées, notamment sur le plan de la santé et de la sécurité". "Cette initiative prise lors de notre dernier congrès avait été soumise à une décision finale du comité médical de la Fifa. Les réserves médicales et sur la sécurité ont été supprimées pour le port du voile et la mesure est donc approuvée", a déclaré Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa.

Adoptée à l'unanimité, cette mesure bénéficiera d'abord d'une période d'essais. La couleur, le design et la nature même des voiles seront maintenant débattus en novembre à Glasgow lors d'une réunion de l'IFAB.

Cette décision doit permettre la pratique du football à toutes les femmes, ce qui n'était jusque-là pas le cas en raison de restrictions religieuses visant certaines communautés.

Des associations féministes ont néanmoins exprimé leur désaccord, comme la Ligue internationale des femmes, Femix'sports et la Coordination française pour le lobby européen des femmes (Clef), dans une lettre ouverte à Joseph Blatter en décembre dernier.

Publicité clickBoxBanner