Football Le triomphe du Croate a été salué un peu partout dans le monde.

Luka Modric est le Ballon d'Or 2018, c'est désormais un fait. Il a remporté la prestigieuse récompense devant Cristiano Ronaldo et Antoine Griezmann. Le petit milieu de terrain, après une année 2018 marquée par une victoire en Ligue des Champions et une finale de Coupe du monde perdue contre la France, a damé le pion à son ancien coéquipier portugais et aux Français. Revue de presse d'un sacre finalement annoncé depuis quelques semaines.

"Luka Modric est un Ballon d'Or qui a de la gueule"

Dans le camp des déçus, on retrouve évidemment les Français L'Equipe est plutôt élogieuse dans ses propos envers le lauréat. "Luka Modric est un Ballon d'Or qui a de la gueule", déclare Lionel Dangumeau dans les colonnes du quotidien sportif hexagonal.  "Après une décennie à célébrer deux monstres du but, on ne peut pas accueillir avec un sourire pincé la consécration d'un créateur d'une telle classe, 66 kg tout mouillé." Il pointe ensuite du doigt la prédominance de la Ligue des Champions sur la Coupe du monde. "Comme en 2010, comme en 2014, les journalistes qui votent pour le Ballon d'Or ont récompensé un vainqueur de la Champions League plutôt qu'un champion du monde (...) Si le verdict du jury pour les Bleus est un peu vexant, il dit peut-être, en creux, l'enthousiasme modéré des autres pays pour le champion du monde 2018."

Du côté de RMC, Daniel Riolo parle du manque d'émotion qu'a provoquée l'équipe de France hors de ses frontières en Russie au mois de juin dernier. "Je me tue à le dire, ce n'est pas seulement parce que tu soulèves la Coupe que tu es le plus fort aux yeux des gens", témoigne le journaliste. "Je pense que c'est inaudible mais ce soir (ndlr: hier soir), la France prend une sacrée claque dans la gueule avec sa Coupe du monde. Vu d'Europe et du monde, la France a fait chier tout le monde. Récompenser une équipe qui a ennuyé tout le monde, ça n'était pas juste à leurs yeux. A contrario, voter pour un mec qui vient d'un petit pays, qui a emmené son équipe en finale de la Coupe du monde et remporté la Champions League, ça a plu. On peut tout de même se réjouir de voir trois Français dans le top 10, ça démontre le brillant collectif des Bleus."

"Son triomphe n'est pas surprenant"

En Allemagne, la couverture médiatique de cet événement a été réalisé avec le strict minimum. Vu l'année internationale pourrie des Teutons, on ne devait pas s'attendre à plus. Le Bild souligne néanmoins que Modric "a remporté la Ligue des Champions et était le capitaine de l'équipe finaliste à la Coupe du monde. Son triomphe au Ballon d'Or n'est pas surprenant. Il avait déjà été élu joueur Fifa de l'année et meilleur joueur européen. Luka Modric peut maintenant mettre dans sa vitrine le Ballon d'Or."

Le Real Madrid voit à nouveau un de ses joueurs être consacré, après deux années d'affilée de Ronaldo. "Durant la Coupe du monde, il n'a pas marqué un nombre de buts incroyable mais chacun a été impressionné par sa classe au milieu. Il a été élu meilleur joueur de la Coupe du monde, éclairant le terrain avec son maillot à carreaux", écrit Marca. "Il n'y a pas de débat (ndlr: sur son élection au Ballon d'Or) et la raison est qu'il a été choisi par toutes les parties prenantes du foot. Malgré cela, certains n'en seront jamais convaincus."

La Gazetta dello Sport rend aussi hommage au joueur âgé de 33 ans. "Il est le premier Croate de l'histoire à remporter la reconnaissance tant convoitée et le premier joueur de l'ex-Yougoslavie. Davor Suker, il y a 20 ans, s'était arrêté à la 2e place derrière Zidane."