Football

MONS La question était sur toutes les lèvres, samedi soir, au début des débats du derby hennuyer: pourquoi Olivier Suray ne figurait-il pas sur la feuille de match, comme prévu?

Rapidement, la rumeur selon laquelle le capitaine des Dragons avait été évincé du groupe pour avoir mangé une... baguette au choco, lors de la traditionnelle collation d'avant-match, s'est propagée sur les gradins.

Elle était avérée...

Chocolat ou jambon?

«Ce n'est, effectivement et malheureusement, pas une blague, concéda le fautif avec une amertume très apparente. Le coach m'a, en effet, demandé de quitter le stade Tondreau cet après-midi car j'avais, selon lui, enfreint une règle. Apparemment, il serait interdit de manger une baguette au choco quelques heures avant une rencontre... Est-ce, toutefois, vraiment plus calorique que le jambon de Parme que certains de mes équipiers choisissent pour garnir leur pain lors du goûter?»

Trop de personnalité?

Après seize saisons de présence au plus haut niveau, Olivier Suray (qui fêtera ses trente-trois ans le 16 octobre prochain) n'avait en tout cas jamais été sanctionné pour un motif aussi... anecdotique!

«Je ne pense pas que la baguette au chocolat soit la véritable raison de cette mise à l'écart. Je crois plutôt qu'on cherchait à me sortir du groupe car j'incarne la dernière forte personnalité du noyau. Je suis convaincu que je vais, à présent, être relégué dans l'équipe B. Et le club invoquera un manque de respect de ma part vis-à-vis de notre entraîneur pour justifier une telle décision...»

Frustré, voire dépité par cet épisode invraisemblable, l'ancien Carolorégien assista depuis les tribunes à la défaite de ses couleurs.

«À mon âge, et avec l'expérience que j'ai acquise, je croyais que j'avais tout vu et tout connu. Certaines choses arrivent encore à m'étonner dans le petit monde du ballon rond, grince, un tantinet cynique, le défenseur montois. Je dois jouir, en tout cas, de bien peu de considération de la part du staff montois pour subir pareille humiliation. Je vais arrêter de m'exprimer maintenant sinon je pourrais dire des bêtises. C'est tout de même la plus grosse c... que j'aie dû expliquer dans ma carrière!»

et a plongé Mons dans le chaos... (PHOTO NEWS)

© Les Sports 2004