Football

SARRE La nouvelle a eu l'effet d'une bombe dans le clan liégeois. Foudroyé par une crise cardiaque dans la nuit de samedi à dimanche alors qu'il grillait une dernière cigarette au fond de son jardin, Francis Nicolay laisse un énorme vide derrière lui. Au Standard, le Sérésien s'était forgé une belle réputation de dirigeant où il cumula, successivement, les fonctions de conseiller à la direction lorsqu'il refusa de prendre la succession d'Aad de Mos en tant qu'entraîneur, les responsabilités de dirigeant dans l'école des jeunes avec Daniel Boccar, puis le rôle de team manager du Standard durant les six derniers mois de la défunte saison avant de réincorporer, ces dernières semaines, le foot études de Sclessin où il se rendit indispensable dans la logistique et dans la gestion de l'école des jeunes. `C'est, en effet, lui qui m'a fait signer mon premier contrat pro, remarque Jinks Dimvula. Je suis sous le choc d'autant que je l'avais régulièrement consulté lorsque j'évoluais encore dans les équipes de jeunes du Standard.´

Michaël Goossens est, sans aucun doute, le joueur liégeois le plus affecté: `Francis Nicolay m'avait entraîné dans les équipes préminimes, minimes et cadets de Seraing. Il a toujours cru en mes qualités. Il a tenu un rôle essentiel dans ma carrière d'autant qu'il s'entendait bien avec mon père. Son décès m'a abattu. Nous n'avions vraiment pas besoin de cela en cette fin de stage.´

Alphonse Costantin et Michel Preud'homme déplorent la perte d'un précieux collaborateur. Francis Nicolay maniait, en effet, avec beaucoup de dextérité tous les règlements édités par la Fifa, l'Uefa, l'Union belge ou même la Ligue pro.

`Je peux difficilement trouver les mots pour commenter cette tragique nouvelle´, affirmait Michel Preud'homme quelques minutes avant de reprendre l'avion vers Bierset. `Je ne le connaissais pas personnellement lors de mon retour à Sclessin. Mais je l'ai beaucoup côtoyé depuis ma nomination dans mes nouvelles fonctions. Nous passions la moitié de notre temps de travail ensemble. Je suis persuadé que nous allions former une équipe très performante tant vis-à-vis de l'école des jeunes que dans la restructuration de l'organigramme du club. Il s'agit d'une immense perte pour le Standard.´

Francis Nicolay laisse désormais l'école des jeunes du Standard orpheline de son patron. Car même s'il rappelait régulièrement son attachement au RFC Sérésien, le dirigeant liégeois s'est toujours dévoué corps et âme pour les jeunes Standardmen. Son sens de l'organisation et son énorme volume de travail risquent de faire défaut.

Tous ceux qui le connaissaient lui rendront un dernier hommage mercredi lors de la cérémonie d'enterrement qui sera célébrée à 9h30 à Seraing.

© Les Sports 2002