Football

"Je vais le dire vulgairement, mais je veux que ça pue le foot dans ce bâtiment", a déclaré le secrétaire général d'Anderlecht et père du projet, Philippe Collin. C'est le cas: tout ce qui a trait à l'administration sportive a quitté le stade Constant Vandenstock pour prendre ses quartiers à Neerpede. Tout y est: bureaux de la cellule de recrutement, du staff, de la direction, sans oublier tous les outils de travail et le confort pour les joueurs du club bruxellois.

Le centre est ainsi équipé d'une salle de fitness qui couvre pas moins de 524m² (la plus grande jamais vue en Europe par Philippe Collin), de différents espaces consacrés au repos des joueurs pour un total de 145m², d'un espace balnéo pour la récupération et la revalidation, d'une salle de kiné et de médecine. Détail marquant, tous les espaces dédiés à la revalidation offrent une large vue sur les terrains extérieurs (deux réservés à l'équipe première, dont un chauffé). "C'est pour pousser les joueurs, leur montrer que c'est là qu'ils doivent être et pas en salle de revalidation", justifie Philippe Collin.

Toutes les équipes, à partir des U15, disposent de leur vestiaire, plus grand de 4m² à chaque catégorie d'âge.

"Le top européen en matière d'infrastructures"

Les dirigeants d'Anderlecht avaient le sourire au moment de présenter leur centre d'entraînement et de formation flambant neuf, lundi à Neerpede. "Arsenal a été une grande source d'inspiration", a déclaré Philippe Collin, secrétaire général du club bruxellois. Anderlecht travaillait à ce centre de formation depuis six ans pour un budget dépassant les dix millions d'euros.

"Philippe Collin a fait le tour des plus beaux centres européens pour en tirer le meilleur et bâtir le meilleur ici à Anderlecht", a déclaré tout sourire le président Roger Vandenstock. "Notre club est désormais au top en matière d'infrastructures pour quelques dizaines d'années. Ce projet n'aurait pas été possible sans l'aide de la Région Bruxelloise et sans l'aide de Philippe Collin, qui a effectué un travail formidable".

C'est en effet le secrétaire général du club qui a porté ce projet à bout de bras. "Pour qu'Anderlecht signifie encore quelque chose sur le plan international, il fallait miser sur la jeunesse et se doter d'infrastructures dignes de ce nom. Nous avons été inspirés par différents centres en Europe, mais celui d'Arsenal nous a beaucoup guidé. C'est le summum en matière de modernité."

Roger Vandenstock en a profité pour faire un appel du pied aux autorités bruxelloises. "Ce centre est le commencement d'un renouveau, l'étape suivante étant la transformation de notre stade." Charles Picqué, ministre-président de la Région bruxelloise a déclaré "que les autorités soutiendraient toujours Anderlecht dans des projets bien pensés".