Football Le parcours russe des Diables ressemble beaucoup à celui des Bleus, victorieux en 1998. Avec un même fil rouge: Thierry Henry.

En Russie, les supporters du monde entier sont aussi fous des Diables. Dès qu’ils remarquent sur notre accréditation qu’on vient de Belgique, on reçoit les félicitations et les encouragements : "You will win the World Cup, guys !"

Des Colombiens, des Chinois, des Brésiliens et même un Sud-Africain ce samedi matin à l’aéroport de Kazan.

On ne va pas se mentir : c’est très agréable. Mais c’est aussi un sentiment dangereux. Avant de soulever le trophée, il reste deux étapes. Dont une première très difficile contre la France mardi soir. Pour calmer l’excès d’enthousiasme avant le duel face à nos voisins, Roberto Martinez pourra compter sur Thierry Henry, vainqueur de deux grands tournois internationaux avec les Bleus.

(...)