Le principe de précaution ou le petit inventaire des excuses bidon à ne pas utiliser

Thibaut Roland Publié le - Mis à jour le

Football

Les déclarations nettes et tranchantes de Roger Vanden Stock ou d’Herman van Holsbeeck avaient fermé la porte au doute, en ne laissant qu’un mot d’ordre se faufiler : "Nous devons nous qualifier." Peu importent les coutures prises, l’élimination face à Limassol n’appartenait pas aux scénarios envisagés. Aucune excuse, aucun argument ne tiendrait. Mais même jetés par la fenêtre, les prétextes patientent sagement sous le soleil chypriote, prêts à secourir les Anderlechtois en cas de déconvenue ce soir. Le principe de précaution imposait donc de recaler par avance toutes les excuses qui ne pourront être acceptées.

1La chaleur : "Cela va encore, maintenant. Il a fait 46 degrés, il y a un petit temps." Habitué au climat caniculaire de Chypre, Urko Pardo, le portier belge de l’Apoel Nicosie, sait pertinemment que le mercure peut parfois condamner certains matchs à des parties de football disputées entre vétérans après le goûter du dimanche après-midi. Nécessairement, le rythme risque de baisser, nécessairement la fatigue physique risque de s’en mêler. "La malchance d’Anderlecht, c’est que le match se joue à Nicosie et pas à Larnaca. Ici, vous sentez le vent. A Nicosie, on peut se retrouver à court de respiration après 20 minutes de match." Reste qu’en débarquant lundi à Limassol en provenance d’une Belgique également frappée par l’une des plus grosses canicules de ces dernières années, le Sporting n’aura pas d’excuse à avancer. Les spécialistes estiment d’ailleurs à 48 heures le temps d’acclimatation. Le Sporting sera largement dans les temps.

2 Le niveau du championnat chypriote : "Un bon conseil : ne les sous-estimez pas ! J’espère que le parcours de l’Apoel en Ligue des champions aidera le Sporting à prendre le match au sérieux." Urko Pardo a la raison de son côté mais les hyperboles sont aussi à éviter. Voilà plusieurs jours que le Sporting répète à l’envi que le niveau du championnat chypriote a largement évolué, le nombre de joueurs étrangers présents servant de preuve cinglante à ceux qui en douteraient. La vérité doit pourtant trouver un juste milieu. Car si les progrès du football local sont incontestables, le niveau de la Pro League reste largement plus élevé. Les rares joueurs à avoir partagé leur carrière entre les deux championnats l’auront tous confirmé.

3Les individualités méconnues. Les rapports de scouting remis par Bart Meert (analyste) et Besnik Hasi (T2) auront mis en avant la force collective de Limassol mais le Sporting n’aura pas pour autant le droit de se dire surpris par certaines individualités. "Les médians brésiliens Dédé et Bebê sont les leaders de l’équipe; l’attaquant ivoirien Vouho peut faire mal à la défense d’Anderlecht et la défense, avec Dosa Junior et Ouon, est solide." Le Sporting le sait. Ce soir, l’excuse ne pourra pas être réceptionnée.

Publicité clickBoxBanner