Football

La première rencontre amicale du Standard (0-5 à Veldwezeldt) a déjà prouvé qu'il faudrait encore compter sur les Rouches pour cette nouvelle saison. Son capitaine, Steven Defour, en est persuadé. "L'avantage c'est que les dirigeants ont gardé l'ossature principale pour venir y greffer des joueurs de talent, assure-t-il. Contrairement aux autres grosses cylindrées du championnat, nous n'avons pas dépensé des millions d'euros mais je peux vous garantir que les résultats seront encore présents. Nous avons toujours faim de victoires."

Pour Steven Defour, la force du Standard est essentiellement basée sur une confiance inébranlable. "Il est clair que nous ne devons craindre personne. La saison passée, nous jouions les matches comme s'il s'agissait de notre dernier. L'esprit d'équipe qui a animé le groupe la saison dernière est déjà bien présent depuis le premier entraînement. Nous sommes avant tout une bande de copains avant d'être des joueurs du Standard. Ce qui m'a plu, lors de l'obtention du titre, c'est que nous l'avons célébré ensemble et pas par petits groupes. Pour le même prix, les Brésiliens auraient pu faire la fête dans leur coin, comme les Africains ou les Belges. Non, ici, tout le monde est soudé et se bat pour un même objectif."

Maintenant, pour Steven, le plus difficile reste à venir. "Le titre est malheureusement déjà loin derrière nous. Nous savons que nous serons encore plus attendus que la saison dernière. Mais nous sommes également conscients que nous serons soutenus par nos bouillants supporters qui ont été cruciaux dans les moments difficiles. Et comme tous les abonnements sont déjà partis, nous sommes assurés que le stade sera encore un enfer pour nos adversaires."

Et à propos de son nouvel entraîneur, Laszlo Bölöni ? "C'est un grand monsieur du football avec lequel on peut discuter facilement. Son expérience sera bénéfique pour l'équipe. Il est exigeant avec nous comme il l'est avec lui-même. Et il s'est entouré d'un staff aussi compétitif pour que nous n'ayons qu'à nous focaliser sur le championnat. Ce n'est que du positif pour le groupe. Il nous servira également de guide car, si notre jeunesse est une force, elle peut également être un désavantage face à des joueurs nettement plus expérimentés. À nous de faire de bloc. Nous pourrons alors aller loin. Mais je le répète : nous avons faim de victoires pour encore vivre de grands moments, comme la saison dernière."

Les supporters ne devront peut-être pas attendre 25 ans pour célébrer un nouveau titre...