Le Standard crée l'exploit à Bochum

FRÉDÉRIC DE BIOLLEY Publié le - Mis à jour le

Football Les Rouches ont donc forgé un exploit qui semblait inimaginable. En partageant l'enjeu dans les dernières secondes de jeu, ils sont parvenus à obtenir une qualification amplement méritée... Comme prévu, Dominique D'Onofrio avait décidé de renforcer sa ligne médiane en positionnant deux demis défensifs (Geraerts-Curbelo) entourés des rentrants Walasiak et Vandooren pour alimenter Conceiço et Tchite à la pointe de leur attaque. Même si Bochum déplorait l'absence de certains de ses pions offensifs essentiels (Madsen et Diabang), leurs remplaçants posèrent de nombreux problèmes aux Rouches. Et sans la vigilance de Vedran Runje qui se détendit de tout son long pour détourner une tentative de Bechmann intronisé sur le flanc droit, les Allemands auraient mené à la marque après dix minutes de jeu seulement. Ce furent d'ailleurs par les côtés et sur phases arrêtées que Bochum se montra le plus menaçant. Mais les Germaniques furent régulièrement contrariés par des Liégeois solidement organisés dans leur axe défensif où Onyewu, impérial, et Dragutinovic dominèrent le trafic aérien.

Les Rouches eurent, en effet, l'occasion de déflorer la marque à de nombreuses reprises lorsque Conceiço isola parfaitement Tchite qui se déporta trop vers le 1er poteau et qui plaça le ballon à côté de l'objectif. Que dire alors du tir trop décroisé de Walasiak à l'entrée du grand rectangle ou du heading plongeant de Geraerts consécutif à un service millimètré de Tchite?

Coup du sort et délivrance

Mais Dominique D'Onofrio avait eu raison d'alerter ses joueurs sur le danger que représentaient les phases arrêtées allemandes. A quelques secondes du repos, l'intervention fautive de Dragutinovic aux abords du grand rectangle fut sanctionnée d'un coup franc que Wosz botta vers le 2e poteau où surgit Maltritz, venu de la seconde ligne, pour catapulter de son front le ballon dans le but de Runje. Les Rouches ne méritaient pas ce cruel coup du sort survenu au plus mauvais moment de la rencontre. Mais, en Coupe d'Europe, on ne peut se permettre de galvauder autant d'occasions de but. Les Liégeois en firent le cruel constat...

Un seul but suffisait à qualifier les Standardmen. Il aurait d'ailleurs dû tomber mais Onyewu et Curbelo manquèrent d'adresse et de lucidité dans l'exécution du dernier geste. Il tomba dans les arrêts de jeu. W. Curbelo, à peine, entré au jeu propulsait le Standard au 2e tour de la Coupe d'Europe. Les poules s'ouvraient méritoirement aux Liégeois...

VFL BOCHUM (ALL) 1 STANDARD 1

BOCHUM: van Duijnhoven; Colding, Kalla, Knavs, Bönig (90+2 Meichelbeck); Maltritz, Zdebel; Bechmann (83e Edu), Wosz (85e Misimovic), Preuss; Lokvenc.

STANDARD: Runje; Deflandre, Onyewu, Dragutinovic, Léonard; Walasiak (77e Niemi), Geraerts (85e W. Curbelo), J. Curbelo, Vandooren (81e Mumlek); Conceiço, Tchite.

ARBITRE: M. Kasnaferis (Grè).

AVERTISSEMENTS: Léonard, Kalla, J. Curbelo, Deflandre.

LES BUTS: 45+1 Maltritz (1-0), 90+1 W. Curbelo (1-1).

© Les Sports 2004

FRÉDÉRIC DE BIOLLEY

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM