Football

Michel Preud'homme, l'entraineur du Standard de Liège, n'a pas épargné ses joueurs en conférence de presse après la défaite 3-0 à l'Ajax d'Amsterdam en phase qualificative pour la Ligue des Champions.



Michel Preud’homme, quelles étaient les consignes que vous aviez données à votre équipe ?

"Nous avions donné comme consignes de faire comme à l’aller. Pour cela, il faut être réveillé depuis la première minute et avoir envie de jouer dès le début et c’est absolument tout ce que nous n’avons pas fait."

Qu’est-ce que les joueurs ont fait, ou plutôt n’ont pas fait ?

"C’est simple: nous avons pressé à du deux à l’heure, et on était à 10 mètres de l’adversaire. De plus, vur leur dispositif et le fait que des joueurs de chez eux apportent le surnombre sur la droite, j’avais décalé Agbo de ce côté mais malgré cela ils nous ont débordé sur ce côté un nombre incalculable de fois. Nous avions travaillé tactiquement le match contre l’Ajax il y a une semaine, depuis nous n’avions pas eu le temps de le faire, mais il faut croire que tout avait été oublié."

C’était difficile de rivaliser avec cet Ajax-là ?

"C’est surtout difficile de rivaliser avec cette équipe si nous ne sommes pas à 100%. À l’aller, nous l’avons fait à certains moments, nous n’avons pas été ce soir à 100% au niveau du travail et au niveau de la volonté."

En deuxième période, cela a été mieux, surtout la dernière demi-heure.

"Oui, et c’est parce que nous avons eu un peu d’orgueil. Il ne faut pas croire que l’Ajax a laissé filer, s’ils avaient pu nous en mettre 10, ils l’auraient fait, je connais ce football. C’est nous qui sommes rentrés dans le match, mais nous touchons deux fois les poteaux, puis nous manquons le cadre à 6 ou 7 mètres des buts."

Vous êtes donc finalement déçu de cette défaite ?

"Bien sûr, mais il faut dire que pour le moment, la Ligue des Champions ce n’est pas notre place. Je l’avais dit avant le premier match: contre l’Ajax nous avons très peu de chance de nous qualifier. C’est une équipe de haut niveau, qui a de l’expérience européenne. Mais oui je suis déçu, car j’espérais qu’on avait grandi depuis la semaine dernière, mais ça a été le contraire."

Vous en retirez tout de même du positif ?

"Oui, bien sûr: nous n’avons jamais arrêté de jouer. Il y a toujours eu cette volonté d'aller marquer un but, malgré le 3-0. J’avais dit à la mi-temps que si nous marquions, nous aurions pu les faire douter mais au lieu de marquer nous avons encaissé. C’est dommage, nous avions bien répété les consignes à la mi-temps dans le vestiaire."


Les réactions d'Emond et Carcela: