Football

Jusqu’au bout, ils rejetteront la pression sur leurs concurrents. A...1/2 point de Genk à deux journées de la fin, le Standard refuse toujours d’évoquer publiquement le titre. "Le Standard est meilleur qu’Anderlecht et donc favori ? Non. On a l’avantage du terrain, on est dans une bonne spirale, mais Anderlecht et Genk restent favoris", répond Dominique D’Onofrio. "Nous sommes l’équipe la plus spectaculaire : détermination, intensité, variété, etc. D’où notre bilan de 22 sur 24. Nous avons réussi nos playoffs. La 3e place, qui était l’objectif, est assurée, donc la saison est réussie. Personne ne nous attendait là mais c’est mérité. Le reste, ce serait du bonus. C’est Anderlecht, dont l’objectif affiché est le titre, qui n’a pas droit à l’erreur."

Le coach liégeois s’étonne de lire certaines déclarations dans la presse. "Je trouve cela bizarre de voir un joueur d’Anderlecht dire qu’il préfère que ce soit Genk champion plutôt que le Standard alors qu’Anderlecht peut encore être champion. Pareil pour Lokeren, qui n’a plus rien à gagner : cette équipe a joué le meilleur match de sa saison contre nous et a aussi déclaré préférer Genk champion. D’un autre côté, c’est logique, vu que ses meilleurs joueurs ont été approchés par nos concurrents durant ces playoffs "

Les joueurs du Standard, eux aussi, ont été piqués au vif par ces déclarations. "Ils en parlent, cela leur donne une motivation supplémentaire. Mais il n’y a pas de pression. Nous sommes encore à trois pour le titre. C’est le sprint final. Anderlecht joue sa dernière chance. Nous, nous allons essayer de rester invaincus. Un point nous suffit pour assurer la deuxième place et rester maître de notre sort avant le déplacement à Genk. Mais cela ne change pas notre préparation ou notre objectif : on va jouer pour gagner. On est à trois pour le titre, et celui qui sera sacré l’aura mérité."

La débauche d’énergie consentie contre Bruges, pour presser, ou à Lokeren, pour courir derrière le ballon, risque d’engendrer de la fatigue. "Notre jeu est exigeant physiquement. Mais on récupère plus facilement quand on gagne."

Anderlecht viendra le couteau entre les dents après les humiliations 5-1 et 1-3. "Ce sont des matches qui ont tourné en notre faveur car on avait plus envie qu’eux de les gagner. Mais dans un Clasico, tout peut arriver "