Football Après des discussions mercredi, l’accord est attendu ce jeudi. Anderlecht devrait recevoir 15 millions dans l’opération.

Après l’entraînement du matin, les Anderlechtois ont pris la direction de Louvain pour visiter la brasserie Stella Artois, un team-building cher à Hein Vanhaezebrouck. Il manquait un joueur à l’appel : Leander Dendoncker. Avec une bonne excuse : il était en route pour l’Angleterre. Plus précisément pour Wolverhampton, une ville industrielle en plein centre du pays.

Parti en compagnie d’une partie de sa famille, dont son grand frère Andres, son représentant officiel, et l’agent néerlandais Rob Janssen, Leander Dendoncker a avancé dans les négociations. Il n’y a pas encore d’accord mais les deux clans ont bon espoir que ça arrive ce jeudi. Il n’y a de toute manière pas le choix : le marché anglais fermera ses portes (dans le sens des transferts entrants) à 18 h.

À Anderlecht, ce transfert sera vu comme un soulagement. Wolverhampton versera, selon nos informations, une somme proche de 15 millions. Une manne financière qui permettra au Sporting de terminer son mercato (voir ci-contre).

Wolverhampton, ce sera un peu la bouée de sauvetage de Dendoncker après un été chaotique, bien loin de ce qu’il avait espéré. Il voulait absolument quitter le RSCA mais était conscient que la fermeture prochaine du marché anglais et de ses clubs richissimes pouvait assombrir son avenir cet été. Pour être clair, c’était un club british ou probablement rien.

Wolverhampton suit Dendoncker depuis six mois. À l’époque, l’Anderlechtois ne s’était pas montré très intéressé. Il attendait des offres de clubs plus huppés. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui a provoqué le divorce entre la famille et Christophe Henrotay, l’agent du joueur et à la base de l’offre de Wolverhampton.

Promus en Premier League, les Wolves ont de gros moyens financiers et des ambitions dans ce championnat (Moutinho, l’ancien concurrent de Tielemans à Monaco, est l’une des recrues) mais tout n’est pas idyllique non plus.

En Angleterre, beaucoup ont rebaptisé Wolverhampton en FC Jorge Mendes. Le club est la propriété de Fosun, une société milliardaire aux larges ramifications en Chine (pharmacie, divertissement, industrie…). Fosun possède également, en partie, Gestifute, la société de management de Jorge Mendes, l’agent le plus puissant du monde qui représente, entre autres, Cristiano Ronaldo et Jose Mourinho.

Bref, les Chinois amènent l’argent et Mendes amène les joueurs. Pas étonnant donc de retrouver… neuf Portugais dans le club, notamment le coach Nuno Espirito Santo, tout premier client de la carrière de Mendes quand il était gardien de but. Un agent n’a normalement pas le droit de diriger un club mais Mendes n’est, officiellement, que conseiller de la société Fosun

Cette année, les Wolves visent une place en milieu de tableau, minimum. Et la saison d’après, le club veut déjà jouer les premiers rôles dans le championnat le plus difficile de la planète. C’est tout le mal qu’on peut souhaiter à Dendoncker.