Football

Le ton est calme et particulièrement affable. Même s'il tient à ce que son groupe ne réponde pas aux questions relatives à d'éventuelles analyses entre les différents entraîneurs fédéraux qui se sont succédés ces dernières années à la tête des Diables Rouges, la presse présente lundi à Diegem n'a pu s'empêcher de comparer favorablement le style Georges Leekens avec celui de ses prédécesseurs.

Pour son premier entraînement en tant que coach de l'équipe belge de football en préparation au match amical de mercredi contre la Bulgarie, Leekens est apparu en recul sur le terrain - il faut dire que la séance ressemblait plus à un échauffement - et particulièrement serein en rencontrant la presse. "A l'entraînement, j'étais en période d'observation, même si à la fin je me suis fait un peu entendre", a expliqué le nouveau mentor des Diables. "Ce matin, dans mons discours d'accueil, je leur ai fait part des mes principes de base. Tous sont basés sur le respect," a-t-il précisé, tout content de voir que seul Daniel Van Buyten, retenu par le Bayern en raison de la finale de la Ligue des Champions, manquait à l'appel. "En fin de saison, c'est un miracle que 24 des 25 appelés soient présents. Cela démontre leur envie. Seuls Lepoint et Bailly ont de petits pépins de santé, mais rien de grave. Contre la Bulgarie on devrait être 22 sur le banc et on va essayer de pouvoir effectuer 6 changements. Pour la sélection, avec l'absence de Van Buyten et Vermaelen (le défenseur d'Arsenal est indisponible encore quelques semaines, mais a tenu à être avec le groupe), vous ne devez pas vous attendre à de grands changements", a ajouté Leekens.

Là où le style Leekens devrait encore plus se démarquer de celui d'Advocaat, c'est dans la décontraction que l'ancien entraîneur de Courtrai entend entretenir avec ses joueurs. "L'amusement que les internationaux doivent ressentir quand ils se retrouvent en groupe est primordial." Comme si l'épine dorsale de son noyau était composée en priorité par les 'étrangers', il estime que ceux-ci "ne doivent jamais avoir peur de revenir en Belgique pour l'équipe nationale. Ils doivent à chaque fois revenir avec plaisir. On voit parfois des joueurs venant de grands clubs qui jouent crispés chez les Diables", a-t-il encore expliqué, préférant aussi qu'on parle moins du talent de ses nouveaux jeunes joueurs, mais plus de leur mentalité et intelligence.