Football Quatre matches étaient au programme ce samedi et l'on a eu droit à quelques surprises. Voici les cinq événements marquants de cette troisième journée.

1. Messi n'a pas eu la même réussite que Ronaldo sur penalty

Nous jouons la 63ème minute de ce match. L'Islande tient tête à l'Argentine en gardant le score à égalité (1-1) lorsque le défenseur islandais Hordur Magnusson provoque un penalty en faisant un croc-en-jambe à Maximiliano Meza. Lionel Messi, sous pression après le festival de Cristiano Ronaldo la veille face à l'Espagne (3-3), prend le ballon pour tirer le penalty mais voit sa tentative repoussée par Hannes Halldorsson, le gardien islandais.

Le portier du club danois du Randers FC avait déjà frustré Messi à deux reprises, en boxant un ballon bien enroulé puis en captant une autre tentative, et l'Argentin a manqué le cadre en fin de match malgré tous ses efforts.

Voilà qui risque de relancer les débats sur le niveau du Barcelonais avec la sélection nationale. D'autant plus quand son grand rival 'CR7' inscrit un triplé face à la grande Espagne un jour plus tôt... En transformant son penalty, lui.


2. Le VAR fait sa première apparition dans l'histoire de la Coupe du monde

Une première historique? On peut le dire, oui ! Le VAR (Video Assistant Referee) a en effet effectué son entrée dans la compétition pour la France suite à une phase litigieuse lors du match entre la France et l'Australie. A la 58ème minute, la France a hérité d'un penalty suite à une faute sur Griezmann. L'arbitre a fait appel à l'assistance vidéo et a finalement indiqué le point de penalty.


3. Les fans islandais sont, comme à l'Euro 2016, une nouvelle fois en nombre et bien au rendez-vous avec leur fameux "Clapping"

L'Islande est un pays très peu peuplé mais cela n'a pas empêché à 30.000 personnes de faire le déplacement jusque Moscou ce samedi. Comme lors de l'Euro 2016, les fans ont une nouvelle fois offert de superbes images de liesses entre eux avec la fameux clap des vikings. Jugez plutôt !


4. Les larmes de Cueva à la mi-temps

Juste avant la mi-temps, Cueva est accroché dans le rectangle adverse. Après consultation du VAR, l'arbitre montre le point de penalty. Cueva décide alors de se faire justice lui-même en le bottant. Après une prise d'élan et une course ridicule, le Péruvien envoie le ballon dans les airs, bien au-dessus du but de Kasper Schmeichel. Quelques secondes plus tard, l'arbitre siffle la fin de cette première période où le score était resté nul et vierge. En rentrant dans les vestiaires, le joueur du Pérou est consolé par ses équipiers mais c'est plus fort que lui, Cueva n'arrive pas à retenir ses larmes en pensant à son essai manqué. Nul doute que celui-ci doit encore plus s'en vouloir à l'heure actuelle vu le score final de la rencontre. 0-1 pour le Danemark...


5. Mbappé sur les traces de Pelé

Si Kylian Mbappé a souffert, comme toute son équipe, contre l'Australie, il a battu un nouveau record, celui de la précocité. Il est désormais le plus jeune joueur de l'histoire de l'équipe de France à avoir foulé la pelouse d'une Coupe du Monde. Avec ses 19 ans, 5 mois et 27 jours, il a a effacé des tablettes Bruno Bellone, âgé de 20 ans et 118 jours lorsqu'il avait été aligné contre la Pologne au Mondial 1982. Si Mbappé parvenait à marquer dans les autres rencontres, il entrera dans le cercle fermé des buteurs de moins de 20 ans. Il deviendrait le 9e plus jeune buteur de l'histoire de la Coupe du Monde. La palme étant attribuée à... Pelé. Le génie brésilien avait moins de 18 ans lorsqu'il avait planté son premier pion lors du Mondial 1958 en Suède.