Les confidences d’Advocaat

Thomas Busiau Publié le - Mis à jour le

Football

Un peu plus de deux mois après avoir rompu son contrat avec l’UB, Dick Advocaat (62 ans) a accepté de s’exprimer depuis le Melrose Place de Jo’Bourg. Consultant pour la NOS pendant la Coupe du monde, il prépare aussi le début des qualifications de la Russie pour l’Euro. Hier, il a assisté à la réplique de la Slovaquie, un futur adversaire, contre le Paraguay.

M. Advocaat, parlez-nous d’abord de l’accord enfin trouvé pour votre rupture de contrat.

Je suis heureux d’avoir réglé cela de manière correcte. J’ai payé un peu trop à mon goût (950000 euros) mais quand on pose l’acte que j’ai commis, il faut assumer. Je comprends l’énervement des gens à mon endroit. Ce départ à l’improviste n’était pas glorieux. J’espère qu’ils ne resteront pas aigris.

Vous ne nous ferez pas croire que vous n’êtes pas parti pour l’argent.

Je ne vais pas être hypocrite, cela a joué un rôle. Qui dit plus grand pays dit plus de possibilités. La Russie respire le foot. Je trouve qu’en Belgique, et en particulier à la fédération, c’est moins le cas. On est toujours bloqué par le budget. Je l’ai ressenti directement. J’ai obtenu un bureau qui ressemblait plus à une cuisine. Pendant ce temps, Jean-Marie Philips en avait un digne d’une salle de bal. Je n’ai pas des exigences énormes mais cela situe le niveau.

Pourquoi ne communiquiez-vous qu’avec MM. Collin et De Keersmaecker ?

Je le faisais aussi avec MM. Philips et Landsman.

Landsheere ?

Oui, celui qui s’occupe de l’argent. L’équipe nationale est votre porte-drapeau mais, quand vous obtenez un coach connu, vous lui parlez directement du budget. On n’arrête pas d’évoquer le Conrad mais le prix n’était pas plus élevé que le Crowne Plaza. Si vous pouvez avoir une Mercedes au prix d’une VW, que faites-vous ? Quand je l’ai signalé, la fédération ne m’a pas emboîté le pas pour confirmer. En Russie, je ne devrai pas avoir peur si je commande trois tasses de café.

On s’est foutu de vous avec votre volonté de changer de T-shirt à chaque entraînement.

J’ai fait le bon choix en partant C’est ridicule !

N’aviez-vous pas surestimé le potentiel des Diables ?

Non. Ce groupe a vraiment du potentiel. Je ne sais pas si ce sera suffisant pour 2012 car c’est encore jeune mais de belles choses sont possibles. Mais on ne peut pas les faire jouer au Heysel dans un stade vide. Cela ne les aide pas, Je l’avais signalé pour la Croatie et la Bulgarie mais personne ne m’a écouté.

Le groupe des Russes est plus facile que celui des Belges. Vos chances de qualification sont plus élevées.

Cela n’a pas joué. Il n’est pas si facile.

Votre volonté de vous rapprocher de votre famille est oubliée ?

Je ne serai en principe que le week-end en Russie.

Comment vous sentez-vous par rapport à Collin et De Keersmaecker qui vous ont soutenu jusqu’au bout ?

C’est pour cela que j’ai été froid et direct avec eux. Je ne voulais pas tomber dans l’émotion. J’ai bien travaillé avec eux. Ils écoutaient. D’autres pensaient à tort qu’ils s’y connaissaient

Vous estimiez que Wilmots devait vous succéder.

Je trouve étrange qu’ils ne l’ont pas choisi. J’ai fait un excellent choix en le prenant. C’est un meneur, il sait ce qu’il veut. Parfois il veut en faire trop et il faut temporiser ses ardeurs mais les joueurs ont beaucoup de respect pour lui. Il sera un jour sélectionneur national.

Thomas Busiau

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6