Football

Ils sont potes, sont complémentaires sur le terrain, ont le même agent et presque le même numéro sur le maillot (le 32 et le 31), mais Leander Dendoncker a toujours eu un rien de publicité en moins que Youri Tielemans. Jusqu’à ce que Soualiho Meïté s’exprime dans Le Grand Débrief organisé par Proximus et La DH. "Si j’ai vingt-cinq millions et que je peux choisir entre les deux, je prends Dendoncker", dit le médian de Zulte Waregem lundi.

Dendoncker sourit quand nous le confrontons avec les paroles de son adversaire de vendredi passé. "Il a dit ça ? Je ne savais pas. C’est un beau compliment. Lui aussi, il est très fort. Si j’estime que les médias apprécient suffisamment mes qualités ? Vraiment, ça ne m’intéresse pas ce que les gens disent de moi…"

Le grand atout de Dendoncker est son moteur. "Je crois que je le dois aux sports que j’ai pratiqués étant jeune. Je n’arrêtais jamais. Quand je ne faisais pas du foot dans le jardin, je faisais du vélo ou du basket-ball. Au dernier stage, notre physio Jochen De Coene m’a dit que mes résultats VO2 max étaient très élevés…"

À son endurance s’est ajouté un gabarit de lutteur. En quatre ans, la masse musculaire de Leander a augmenté considérablement. "Je fais de la muscu tous les jours, mais j’évite de travailler avec des poids, explique-t-il. Je travaille les bras, mais je veux éviter d’avoir des problèmes au dos. Mon secret ? En fait… je mange énormément."

Leander s’amuse à parler de son grand appétit. "Vous n’imaginez pas tout ce que je mange… Je ne suis pas de régime. Je prends toujours deux ou trois assiettes. Comme mon père et mes frères. Avant, on devait toujours se battre pour la viande qu’il y avait sur la table. Je suis le joueur qui mange le plus, et ils le savent à Anderlecht."

(...)