Football Les Diables de la génération dorée ne joueront pas la finale du Mondial, laissant filer la France et leur probable toute dernière chance. Les regrets seront éternels.

Le rêve est terminé. Comme en 1986, les Diables auront plafonné en demi-finale. Sauf que, cette fois, ils avaient les jambes pour disputer la finale. La France n’était pas injouable comme l’Argentine de Maradona. Les Belges ne sont pas éliminés par plus fort qu’eux. Les regrets risquent d’être éternels dans notre petit Royaume.

Fin 2022 pour la Coupe du Monde au Qatar, Kompany aura 36 ans, Fellaini, Mertens et Vertonghen 35, Witsel, Chadli et Alderweireld 33. Autant dire que les chances sont très faibles de les revoir un jour dans le plus grand tournoi du monde. De Bruyne et Hazard auront déjà soufflé leurs 31 bougies. Leurs meilleures années risquent d’être derrière eux.

Notre prochain Mondial se fera avec une nouvelle génération. Sauf enchaînement de retraites internationales précoces et inattendues, il y aura encore beaucoup de qualités mais notre groupe risque d’être moins complet qu’en 2018. On le savait, c’était le moment. Le pic de forme de cette bande de gamins hyperdoués nés dans un mouchoir de poche. Un mouchoir tissé d’or.

Les Diables en sont les premiers conscients. Au coup de sifflet final mardi soir à Saint-Pétersbourg, ils sont restés longtemps cloués à la pelouse, les bras coincés sur les hanches et les yeux hagards, comme K.-O. debout. Tout s’arrêtait si brutalement après avoir tutoyé le paradis.

Faut-il les assommer de reproches après les avoir couverts de louanges vendredi suite à la soirée magique de Kazan ? Non. Il serait injuste d’écrire qu’ils ont raté leur rendez-vous avec l’histoire.

Ce France-Belgique s’est joué sur quelques détails. Un arrêt fabuleux de Lloris sur une frappe à la retourne d’Alderweireld, quelques occasions aériennes vendangées et un marquage loupé sur un coup de coin, envoyé au fond par la tête d’Umtiti.

Peut-être aussi sur ce coup-franc plein axe refusé à Hazard sur une faute évidente de Giroud à onze minutes du terme. Mais il serait injuste d’insister sur l’arbitrage. Les Français ont mérité leur qualification pour la finale, la troisième de leur histoire en Coupe du Monde.

On savait que Deschamps avait mis en place un bloc en granit, on n’a pas été déçu. Tout a été fait pour étouffer les Diables, pour couper les connexions les plus dangereuses, pour empêcher nos contres supersoniques. Avec un trio Pogba, Kanté et Matuidi impressionnant de maîtrise.

Martinez en était le premier conscient. Il avait tenté un nouveau plan, pour compenser la suspension de Meunier. Un plan avec Dembélé, relancé à la surprise générale, laissant Carrasco sur le banc. L’idée était belle : renforcer la ligne médiane pour occuper au maximum les très bons milieux français et ainsi laisser un peu plus de liberté à Hazard devant.

Contrairement à vendredi contre le Brésil, le plan n’a pas été bien exécuté. Dembélé ne réussissant pas à rentrer dans le onze comme Chadli ou Fellaini avaient pu le faire plus tôt dans le tournoi. Au contraire, le joueur de Tottenham est passé à côté de son match, aussi bien défensivement qu’offensivement alors que Martinez tablait sur son apport de créativité.

Malgré l’entrée pleine d’entrain de Manneken Dries, il était déjà quasi trop tard. L’équipe de France ressemble à des sables mouvants où on s’enfonce sans jamais pouvoir s’en sortir. Les dirigeants de la fédération française peuvent déjà commencer à penser où ils vont tisser leur seconde étoile sur le maillot bleu.

Avec une demi-finale, l’objectif belge est rempli, techniquement parlant. Mais ce n’est pas ce que ces Diables débordant d’ambitions avaient prévu comme fin. Ce n’était pas comme ça que cela devait se terminer entre eux. Peuvent-ils décider entre eux de se remobiliser une toute dernière fois pour l’Euro 2020 ? Les prochains jours ou les prochaines semaines apporteront rapidement les réponses.

Avant de clôturer ce papier, on s’en voudrait de ne pas les remercier une toute dernière fois. Pendant quelques semaines, la Belgique est devenue le pays le plus cool de la planète foot. Ce n’est qu’un titre honorifique mais c’était chouette à vivre. Merci pour ce moment.