Football Après avoir jeté de faux billets lors du match contre Anderlecht, les fans du Bayern Munich se sont de nouveau illustrés dans les tribunes ce mardi soir à l'occasion de la réception du PSG, leur ennemi idéologique. 

Souvenez-vous, il y a deux semaines les supporters du Bayern Munich avaient arrosé la pelouse du stade Constant Vanden Stock de  faux billets pour protester contre le prix des places pratiqué par le Sporting d'Anderlecht. " Votre avarice est-elle désormais satisfaite ?" avaient-ils ajoutés dans une banderole des plus cyniques.

Suite à ce comportement, l'UEFA avait diligenté une enquête pour " jets d'objets" et " une bannière interdite". Une réaction qui n'a du tout plu aux fans bavarois, qui ont remis le couvert ce mardi, de manière encore plus frontale cette fois.

Or, on le sait, le Bayern de Munich déplore avec vigueur le tournant pris par le football, notamment en raison de la politique de transferts du PSG à grands coups de millions face à laquelle l'UEFA reste muette malgré de grandes suspicions d'infraction au fair play financier.

C'est ainsi qu'alors que Neymar s'apprêtait à botter un coup de coin devant le kop bavarois, celui-ci a jeté de faux billets de 500€ sur lequel le visage du Brésilien avait été imprimé. Une banderole avait en outre été déployée indiquant : " Jeter de la monnaie factice est punissable, mais exploiter notre football est admis ?"

Les fans du Bayern pourront au moins se consoler d'avoir battu le PSG 3-1 et, éventuellement d'avoir semé le doute dans l'équipe d'Unai Emery quand elle aura à répondre de ses ambitions lors des matches à élimination directe.

Thomas Müller y va de ses punchlines

Lors du point presse d'après-match, l'attaquant munichois est revenu sur les deux confrontations que son club a eues avec le Paris Saint-Germain. Pour Thomas Müller, même face aux pétrodollars du Qatar, le Bayern, et son modèle financier des plus sains, a prouvé qu'il restait " toujours le Bayern". Entre les lignes, il est toujours capable de battre tout le monde avec ses armes, qui sont de dépenser moins mais plus intelligemment. 

" On n'a jamais cru qu'ils nous étaient supérieurs" indique ainsi l'international allemand. " Certains parlent du PSG comme ayant une potion magique et j'ai eu la sensation que l'arbitre a protégé les joueurs du PSG au Parc des Princes."