Football

Les «Eléphants» de Côte-d'Ivoire, qui suscitaient tant d'attente, et qui ont surtout eu la malchance de débuter leur aventure en Coupe du monde face à des cadors comme l'Argentine et les Pays-Bas, ne veulent pas rentrer chez eux sans avoir réussi leur sortie face à la Serbie-Monténégro, mercredi à Munich, dans ce match opposant deux adversaires déjà éliminés.

«Montrer qu'on ne peut pas partir comme ça»: tel est le mot d'ordre du sélectionneur des Ivoiriens, Henri Michel, qui s'est employé à «récupérer» (remobiliser) ses joueurs, très déçus d'être éliminés après avoir pourtant livré deux bons matchs et en particulier contre les Pays-Bas. «Il nous reste un match, on ne va pas le gâcher, a répété le défenseur Kolo Touré. Nous voulons battre la Serbie-Monténégro pour sortir la tête haute» et ce sera sans Didier Drogba, suspendu.

En face, la formation serbo-monténégrine, pourtant excellente lors des qualifications (les Diables Rouges en savent quelque chose), fleure bon la fin de règne. Le sélectionneur Ilija Petkovic quittera son poste sitôt de retour dans son pays. Et le défenseur Mladen Krstajic devrait jouer son dernier match sous ses couleurs nationales. Cette rencontre est aussi une question d'honneur pour les Serbo-Monténégrins, mais ils auront du mal à gommer l'image d'une sélection minée par les conflits internes et ridiculisée par l'Argentine. On est loin du temps où les Yougoslaves étaient surnommés «les Brésiliens de l'Europe». Avant même son arrivée en Allemagne, l'ambiance du groupe était viciée. Dusan Petkovic avait ainsi décidé de rester au pays, accusé d'avoir usurpé sa convocation en tant que... fils du sélectionneur. Avant que les choix de son père soient ouvertement critiqués par certains joueurs. (Belga)

© Les Sports 2006