Football Auteur d’un doublé contre Hull, Lukaku a confirmé qu’il donnerait tout pour Everton jusqu’à son départ.

Sa célébration a valeur de message. De déclaration d’amour. Alors qu’il venait d’apporter la touche finale au succès d’Everton sur Hull (4-0) avec un nouveau doublé dans les arrêts de jeu, Romelu Lukaku s’est arrêté pour envoyer des baisers aux tribunes de Goodison Park. Au coup de sifflet final, l’attaquant a étiré cette célébration en allant offrir son maillot à un supporter. Preuve que la semaine agitée vécue par le Diable n’avait laissé aucune trace dans sa relation avec les fans des Toffees.

Là où la grande majorité des joueurs qui auraient décidé, comme lui, de ne pas donner suite à une mirobolante prolongation de leur contrat, auraient été accueillis avec des sifflets, des applaudissements, peut-être même plus chaleureux que d’habitude, ont accompagné l’attaquant.

"Parce que les supporters l’adorent. Tout le monde l’aime", a justifié Ronald Koeman qui s’inclue aussi dans le lot. Le Néerlandais n’avait pas apprécié les réserves émises par son joueur sur l’ambition des Toffees mais avait aussi précisé qu’il ne se sanctionnerait pas l’attaquant qui restera impliqué jusqu’au bout. Il ne l’a pas regretté.

"Personne ne doit être surpris par Romelu. C’est un professionnel et tous les professionnels donnent leur meilleur d’eux-mêmes pour le club, pour les joueurs, pour tout le monde", a rappelé le technicien. "Dans ce match, c’était difficile pour lui mais quand il a eu plus d’espace, quand nous avons mieux joué en étant en supériorité numérique, nous savions qu’il allait avoir des occasions et qu’il allait marquer".

Tout est devenu nettement plus simple pour les Toffees qui ont pourtant vite ouvert le score par le jeune Dominic Calvert-Lewin (9e), remplaçant de Kevin Mirallas, absent pour cause de paternité, suite à l’exclusion de Tom Huddlestone (73e).

Avant de marquer, Lukaku a d’abord délivré un délice de passe décisive sur une remise vers Ener Valencia (79e) avant que l’Équatorien ne lui rende la pareille (90e+1) et qu’il profite d’un cadeau de la défense (90e+4) pour porter son total de buts à 21 cette saison. En établissant aussi un nouveau record : après Michael Owen, Robbie Fowler et Wayne Rooney, le Diable est le quatrième joueur à dépasser le seuil des 80 buts en Premier League avant ses 24 ans. Et l’attaquant, à nouveau seul en tête du classement des buteurs, n’a pas prévu de s’arrêter en si bon chemin…