Football Il justifie sa volonté de ne pas prolonger à Everton par son envie de progresser.

Sa décision de ne pas accepter la prolongation de son contrat et le pont d’or qui l’accompagnait a été une surprise considérable. Même si Everton va continuer à tenter d’infléchir sa position en poursuivant les discussions avec son agent Mino Raiola, Romelu Lukaku ne changera pas d’avis.

Conscient du choc généré par son choix dans le microcosme des Toffees, l’attaquant a tenu à se justifier dans la presse anglaise, s’interrogeant ouvertement sur l’ambition de son club.

"Evidemment, les choses changent mais il y a eu certains joueurs que le club aurait pu avoir et qu’il n’a pas eus. Ils jouent en Angleterre, je ne citerai pas de noms, mais ils sont bons", a expliqué le Diable avant de poursuivre : "Everton est un club qui a une histoire, belle. Mais le futur reste à écrire. On peut toujours parler des équipes des années 70 ou 80 et se dire qu’elles étaient merveilleuses. Mais nous, en tant que joueur, nous préférons que les supporters parlent de nous que d’eux. Ce n’est pas un manque de respect mais on veut aussi qu’on se souvienne de nous. Qu’importe où on joue. On ne peut pas marquer les esprits uniquement en marquant, il faut gagner des trophées. C’est ce que les supporters veulent. Au lieu de vivre dans le passé, il faut penser à la suite."

Se rapprocher de Lewandowski

Si la charge peut paraître assez virulente, elle confirme surtout que cette décision est d’abord guidée par son ambition. Celle de la direction qui peut désormais s’appuyer sur la surface financière importante de Fahrad Moshiri est-elle assez grande pour l’attaquant ?

"Je ne sais pas. Je ne connais pas le plan du board", esquive Lukaku qui s’est fixé un objectif : se rapprocher d’une élite qui, à son poste, se résume à "Suarez, Lewandowski, Benzema et Cavani".

"Je regarde ce qu’ils font. J’en suis proche, poursuit-il. En ce moment, je suis l’un des meilleurs attaquants du championnat. Si je ne le dis pas, c’est comme si je me tirais une balle dans la tête."

Et Lukaku est convaincu qu’il peut se rapprocher d’eux, qu’il peut passer du statut de meilleur attaquant de Premier League à celui de l’un des meilleurs attaquants du monde : "Oui. Clairement. Mais pour cela, il faut le bon contexte", assène-t-il avant d’avouer au sujet de ses envies de départ : "Si je n’avais pas pensé que je pouvais apprendre quelque chose avec Koeman, je serai probablement déjà parti." Ce qui sera le cas cet été.Jo. L.