Football Romelu Lukaku n’a pas à rougir de ses statistiques face aux stars mondiales.

S’il veut, un jour, atteindre le gratin mondial, Romelu Lukaku va devoir se rapprocher au maximum des statistiques des meilleurs artificiers, que ce soit en club ou en sélection nationale. À ce dernier niveau, ses onze réalisations en 42 apparitions lui font accuser un certain retard sur les références offensives actuelles. Sans surprise, il ne peut supporter la comparaison face à Neymar, bien parti pour exploser tous les records brésiliens et même ceux du Roi Pelé.

La star de Barcelone comptait déjà 59 caps à 22 ans mais avait, surtout, trouvé l’ouverture à 39 reprises. Certes, sa sélection affronte souvent des nations de seconde zone mais cela n’enlève rien à cette performance tout simplement hors du commun.

Cristiano Ronaldo (53 caps - 20 buts), Karim Benzema (27 - 10) et Zlatan Ibrahimovic (19 - 7) étaient également plus performants que l’attaquant de pointe des Diables Rouges.

Finalement, Romelu Lukaku se rapproche davantage de Thomas Müller et… Lionel Messi. Le premier avait inscrit dix buts au même âge mais comptait également dix apparitions de moins, tandis que son homologue argentin comptait deux réalisations de plus avec une cap en moins. Robert Lewandowski ne faisait qu’un tout petit peu mieux avec dix roses plantées en 34 sorties.

Il s’agit, tout de même, de trois belles références et si Romelu Lukaku parvient à imiter l’une de ces stars, il pourra déjà être plus que satisfait de sa carrière personnelle…


Il fait… onze fois mieux que Wilmots

Avec, au minimum, dix belles années de carrière internationale, Romelu Lukaku devrait, un jour ou l’autre, s’emparer de la tête du classement des meilleurs buteurs de l’équipe nationale. Même si, à l’heure actuelle, il accuse un léger retard sur ses plus sérieux concurrents au même âge (22 ans, 10 mois et 16 jours)…

Paul Van Himst (30 buts) : il comptait 39 apparitions avec la sélection nationale et avait déjà trouvé l’ouverture à 19 reprises grâce, notamment, à un triplé en Israël et des doublés face à la Bulgarie et en France.

Bernard Voorhoof (30 buts) : international entre 1928 et 1940, il ne comptait que 23 caps à 22 ans mais avait déjà planté 13 buts, soit deux de plus que Romelu Lukaku.

Marc Wilmots (29 buts) : l’actuel sélectionneur martèle que les meilleures années de son attaquant sont à venir. C’est peut-être parce qu’au même âge, il n’avait pas encore inscrit un seul but en 10 apparitions. Ce n’est qu’à la douzième qu’il a ouvert son compteur personnel.

Jef Mermans (28 buts) : la Deuxième Guerre mondiale a retardé ses grands débuts à un point tel qu’il n’avait jamais disputé un match international à 22 ans !