Football

Outre la destination, le transfert de Yannick Carrasco pose question quant à sa situation contractuelle à l'Atlético Madrid et sa place chez les Diables. Pour rappel, l'ailier gauche va signer pour 4+1 saison avec le Dalian Yifang.

Pourquoi seulement 30 millions d’euros ?

Après avoir acheté Carrasco 17,26 millions d’euros, l’Atletico a accepté l’offre de 30 millions de Dalian mais devra en reverser 7,5 à Monaco. Ce qui leur laissera seulement 22,5 millions, pour un joueur dont la clause libératoire était pourtant de 100 millions d’euros. Comment expliquer un tel décalage pour un joueur dont la valeur marchande en Europe est estimée à au moins 40 millions ? La réponse porte un nom : Wang Jianlin.

Le propriétaire du groupe Wanda s’est désengagé il y a quelques semaines de l’actionnariat de l’Atletico, tout en gardant une porte d’entrée à Madrid, via le contrat de naming liant son entreprise au stade. Le gouvernement chinois a gentiment fait comprendre à la 5e plus grosse fortune du pays qu’investir dans le championnat local serait mieux vu que de dépenser des Yuans en Europe.

Et Jianlin a obtempéré, renouant avec ses premières amours à Dalian où, dans l’ombre, il tire désormais les ficelles du promu, dont il devrait être intronisé comme le nouveau propriétaire d’ici la fin de la semaine, en marge de la présentation de Carrasco et Nico Gaitan, qui rejoint aussi le club.

“Le projet de développement sportif du groupe Wanda m’a convaincu et a motivé ma décision”, a justifié Carrasco, dans le même communiqué.

Quel impact pour les Diables ?

Forcément, ce transfert se lit d’abord au travers d’un prisme financier plutôt que du challenge sportif : Carrasco devrait gagner en Chine 10 millions d’euros par an, ce qui l’aidera à s’habituer au niveau du championnat local.

La question de son avenir en sélection s’est également posée pour celui qui est devenu titulaire sous Roberto Martinez. Voir que le statut chez les Diables d’Axel Witsel n’a pas changé depuis son arrivée à Tianjin a rassuré le Diable, également conforté par le degré de performance de Paulinho qui, depuis son retour en Europe au FC Barcelone, a gagné une place de titulaire en club qu’il n’avait pas perdu en sélection brésilienne, durant ses deux années chinoises.

“Mon éloignement du continent européen ne signifie pas que mon ambition de participer à la Coupe du Monde est moindre, a confirmé le joueur, toujours via communiqué. Je fournirai les efforts nécessaires afin de démontrer au sélectionneur de l’équipe nationale que je suis prêt à prendre part à la Coupe du Monde en Russie cet été, au sein de l’équipe des Diables Rouges. Je suis très heureux et impatient de rejoindre mes nouveaux coéquipiers du club Dalian Yifang FC dans les jours à venir. Le projet et l’offre du club sont une grande marque de confiance et de respect et représentent une opportunité de développer mes qualités et mon avenir.”