Football

Marc Coucke était l’invité de la Tribune ce lundi soir sur le plateau de la RTBF.

L’actuel président anderlechtois n’a éludé aucun sujet.

Sur le prochain dossier chaud sur lequel il travaille déjà : « C’est Anderlecht de manière générale. C’est mon nouveau boulot. Mes enfants me voient de nouveau partir avec ma mallette. Le projet, c’est une totalité, un club, une famille. Mon but est d’améliorer la situation générale de ce club. C’est le premier projet que j’entreprends au cours duquel je me dis : « Je ne sais pas si ça va marcher ». J’ai déjà eu plus de travail à Anderlecht en peu de temps qu’à Ostende en quatre ans.

Sur le stade : « En Belgique, nous devons avoir quelques nouveaux stade avec plus de confort et de potentiel d’affluence. Et pas qu’à Anderlecht. Chez nous, on doit avoir plus que 21.000 places. Mettre un 3e anneau, c’était la solution la plus rapide. Mais pas la meilleure. Il était aussi possible de faire un autre stade à Anderlecht ou encore aller dans une autre commune. Je préfère rester à Anderlecht. »

Sur son mandat de président d’Anderlecht : « C’est un club où il y a toujours eu une stabilité. Dans ma vie professionnelle, c’est l’un des plus gros challenge que je veux réaliser. Je ne veux pas rester 40 ans mais je suis content d’avoir été choisi par les Vanden Stock parmi plusieurs personnes différentes. »

Sur sa relation avec Ostende : « Je suis toujours supporter d’Ostende. Quand j'ai l'occasion de regarder à la télévision leur match, je regarde toujours. Mes ambitions là-bas n’étaient pas toujours en phase avec le club. Ici, c’est un ‘hyperchallenge’. »

Sur ses ambitions à Anderlecht : « Je veux qu’Anderlecht arrive dans le sub-sub-top européen. J’aimerais survivre à l’hiver européen une année sur deux. Et éventuellement connaitre une année ou l’autre un parcours formidable jusqu’en quart de finale ou en demi-finale. Quand on voit des clubs comme l’Ajax, comme Salzbourg, Porto ou Bâle, pourquoi ce ne serait pas possible pour nous ? D’un point de vue économique, un pays comme la Belgique est mieux que le Portugal. Donc pourquoi pas le faire mais il faut me laisser un peu de temps. »

Sur le budget d’Anderlecht qui doit monter : « D’ici 5 à 10 à ans, on devrait le faire grandir de 50%. Le budget doit être investi chez l’équipe A mais aussi chez les jeunes. Pour ce qui concerne des joueurs, il faudra peut-être les laisser partir. »

Sur la gestion des joueurs à Ostende : « A Ostende, j’ai appris beaucoup de choses dans la gestion des joueurs. Beaucoup de joueurs voulaient partir pour encore s’améliorer. On s’est qualifié pour l’Europe et on a tiré Marseille. Tout le monde voulait donc rester pour jouer l’Europe. Marseille s’est qualifié avec beaucoup de difficultés. C’est d’ailleurs contre nous qu’ils ont eu le plus de difficultés à se qualifier. »

Sur le travail avec les différents agents de joueur : « On ne travaille pas en fonction des agents de joueur mais en fonction des joueurs mêmes. Si on doit négocier avec Bayat, on le fera. Si c’est avec un autre, c’est pareil. Nous avons réalisé 3 transferts chez trois agents différents. »

Sur les transferts de l’ancienne direction : « A la fin de chaque période, nous devons avoir une équipe équilibrée. Avec les circonstances, on a remarqué le 31 janvier qu’il y avait trop peu de défenseurs et d’attaquants et trop de monde au milieu. Ce n’était pas équilibré. Lors des playoffs, on sait qu’il faut jouer tous les matchs à fond et certains joueurs ne sont donc pas à 100%. Les circonstances ne sont pas fantastiques. Je veux passer un message aux supporters. On va jouer les quatre derniers matches à fond et on verra où on sera. »

Sur le licenciement de Van Holsbeeck : « Je ne pensais pas que ça allait se passer comme cela et aussi vite. Herman Van Holsbeeck a fait des choses fantastiques durant 15 ans. Mais pour le futur, on ne pouvait pas rester trois mois avec Van Holsbeeck à se mettre d’accord. J’aurais juste espéré que ça se passe différemment. »

Sur le rachat d’Omega Pharma : « Aucun lien avec le Sporting d’Anderlecht. Inquiet ? Je ne veux pas faire de commentaire par rapport à cela. »

Sur son homme du match dimanche contre Charleroi : « Dendoncker. Je suis content pour lui. Pas que pour l’assist et son but. Durant tout le match on voyait qu’il était en forme et bien revenu de son carton rouge. C’est lui qui commande la défense. Il se place bien et il casse les bonnes passes des attaquants adverses. Il a un bon de sortie. Il lui avait été promis de belles choses. J’ai aussi eu une discussion avec lui et on lui a confirmé qu’en cas d’offre correcte, un transfert lui sera accordé. Vu son état actuel, beaucoup de clubs s’intéressent à lui. » 

Sur le cas Teodorczyk : « J’ai parlé un peu avec lui avant le match où il a marqué trois fois. C’est un grand talent aussi bien sportivement qu’en tant que personne. On lui a dit qu’on avait toute confiance en lui. Certains joueurs ont besoin aussi de repartir de zéro quand une nouvelle direction arrive. On veut dire à tous les joueurs que toute la direction croit en tous les joueurs. »

Sur les Bruxellois (16% seulement des abonnés sont Bruxellois) qui ne viennent plus beaucoup au stade : « Cela me préoccupe et je veux m’intéresser et prendre des initiatives. Je veux travailler avec la jeunesse. Cela prend du temps de trouver une cible et d’atteindre ce but. »

Sur un transfert d’un Diable à Anderlecht : « Est-ce que c’est la meilleure façon d’atteindre nos buts ? Je ne pense pas. Je préfère aller chercher des gens qui vont devenir des Diables Rouges. »

Sur Ricardo Sa Pinto : « J’aime bien les personnages comme ça. Il travaille avec passion. Quand il parle des arbitres après une défaite, si c’est avec humour c’est bien. S’il parle avec agressivité, c’est moins bien. J’espère qu’il ne viendra pas gagner chez nous bientôt. »

Sur les concurrents directs : Bruges ou Standard ? : « On regarde à la fois devant et derrière. Mais plus par derrière. SI je peux être 2e à la fin des playoffs, je signe à deux mains. J’ai l’objectif d’attirer de nombreux espoirs l’année prochaine. »

Sur une victoire d’Anderlecht à Bruges le week-end prochain : « Possible oui, probable non. On commence à 11 contre 11. Et même si c’est une victoire volée à 89ème minute, je suis d’accord. »

Sur le VAR : « Arbitrer c’est un talent. On a pris trop peu de temps pour sélectionner les gens compétents pour le VAR. On doit changer le système. Les arbitres veulent que cela s’améliore. Ils ne veulent pas favoriser une équipe. Tout ce qu’ils veulent, c’est faire un bon match comme les joueurs. Avec tout ce qu’on apprend maintenant, il faut qu’il y ait des améliorations pour l’année prochaine.

Sur l’affaire Meunier qui est sifflé au Parc des Princes après avoir "liké" un tifo de Marseille: « On doit un peu faire attention. J’essaye de penser un peu plus à ce que like. J’oserais "liker" un beau tiffo du Standard ? Si j’estime que ça amène quelque chose de plus au football, alors oui, je likerais. En plus, pour Marseille c’était en Europe. Je serais aussi derrière le Standard ou Bruges en Europe. Mais, alors ils vont en Europa League (il rit). »

Sur les dames d’Anderlecht qui vont remporter la Super League: « Je ne peux malheureusement pas assister à la rencontre décisive car j’ai un rendez-vous de longue date. J’avais pu assister à une mi-temps lors du match des U21 pour le titre mais ici ce ne sera malheureusement pas possible. »