Football Coucke va d’abord faire la connaissance du personnel et ensuite restructurer le club.

Vu la crise sportive actuelle, Marc Coucke va arriver en tant que Messie à Anderlecht. C’est lui qui doit remettre le Sporting sur la bonne voie, notamment en reconstruisant l’équipe et en faisant des transferts à succès.

Mais Coucke ne va pas faire que cela. Il va également restructurer l’organigramme du club. Et il va faire des économies où il le faut. Des gens vont donc disparaître. Neerpede tremble.

Coucke n’a pas encore fait de déclarations à ce sujet. "Des 260 personnes qui travaillent ici, il y en a peut-être 20 que j’ai déjà vues une fois dans ma vie", a-t-il dit à sa conférence de presse en décembre. Il va donc d’abord découvrir tous les services et examiner où il y a trop de personnel.

En juin 2017, le nombre de salariés s’élevait même à 277, dont 242 à temps plein. C’est deux fois plus qu’au Club Bruges. À Ostende, il n’y en a que 52. Les salaires à Anderlecht sont 50 % plus élevés qu’à Bruges. Il y a plus de joueurs pros sous contrat (60), le staff est plus étendu, les services sont plus peuplés.

L’arrivée de Jo Van Biesbroeck - manager opérationnel - en 2015 a fortement augmenté l’effectif à Neerpede. Il a placé des gens en qui il avait confiance, afin de préparer le club pour l’avenir. Le personnel qui travaillait déjà à Anderlecht sous le duo Vanden Stock - Van Holsbeeck est en grande partie resté en fonction.

Qui plus est, Coucke va placer ses propres pions à gauche et à droite dans le club. Luc Devroe (manager) et le docteur Chris Goossens ne sont pas les seuls qui vont l’accompagner.

Bref : Anderlecht aura un tout autre look en juillet ou août.