Football

Lundi soir, Marc Coucke était à nouveau à Anderlecht. Il a assisté au match des Espoirs contre le Standard à Neerpede aux côtés de Hein Vanhaezebrouck. Puis, il a rejoint l’émission Extra Time diffusée sur Canvas, où il a notamment déclaré qu’il est bien candidat à la présidence de la Pro League, tout comme Herman Van Holsbeeck.

Voici quelques passages de ses déclarations les plus intéressantes sur la chaîne flamande:

"Ma politique sera différente de celle de la direction actuelle. Notre bilan financier ne peut pas dépendre des transferts. Si je vais faire des folies ? Non. Mais peut-être au début un peu, parce que la patience n’est pas mon point fort. Les rentrées doivent monter de 10 millions et les dépenses baisser de 5 millions."

"Mes ambitions ? Rejoindre le subtop européen, afin qu’on joue encore en coupe d’Europe après l’hiver. Mais je ne vais pas dire qu’on va battre Barcelone la saison prochaine. Et nous n’allons pas transférer un attaquant du PSG. Mais le but est de pouvoir posséder un attaquant pouvant intéresser ce genre de club."

"Le dernier mercato d’hiver à Anderlecht ? Bien sûr que je ne m’en suis pas mêlé. Sinon, il ne se serait pas déroulé de cette façon. Je ne l’ai pas compris. Il faut des solutions au cas où des joueurs partent. Désolé, mais ça s’appelle de la gestion. Anderlecht avait un problème pour marquer des buts, mais a vendu quatre buteurs: Hanni, Stanciu, Harbaoui et Beric. Et j’aurais aimé que Mitrovic vienne. Cela aurait été une bonne chose."

"Le but cette année ? Atteindre au moins la deuxième place. Et le titre ? Pourquoi pas. Si on gagne tout, on a presque notre sort entre les mains."

"Olivier Deschacht ? Je l’ai vu marquer avec les Espoirs. En blaguant, j’ai dit: ‘Je suis à un match des vétérans. Les Espoirs jouent à quelle heure?’ Mais je m’entends très bien avec lui."