Football

En marge de la rencontre amicale contre la Japon prévue ce mardi à 20h45, Thomas Meunier et Roberto Martinez se sont présentés face à la presse lundi pour aborder les derniers sujets relatifs aux Diables rouges.

Les propos tenus dimanche par Kevin De Bruyne ont animé la conférence de presse. "Je ne l'ai pas pris comme une attaque personnelle. Il a exprimé une opinion honnête car il tient à l'équipe", a résumé Martinez.

Après le match contre le Mexique, De Bruyne a estimé que l'équipe nationale joue trop sur base du talent individuel et doit trouver un plan tactique. "Je ne l'ai pas pris comme une attaque personnelle", a précisé Martinez. "Je pense que c'est un commentaire honnête de comment il a ressenti ses 45 minutes contre le Mexique. Tous les joueurs ont leur opinion. La différence est que certains l'expriment publiquement et d'autres la gardent dans le vestiaire. Je pense que c'est une vision honnête qui vient pour de bonnes raisons, il n'y avait pas de malice ou de manque de respect. Cela montre qu'il tient à l'équipe nationale, qu'il tient à ce qu'on devienne une équipe qui gagne."

De Bruyne a regretté que le système choisi contre le Mexique visait plus à voir comment les Diables allaient réagir face aux difficultés qu'à gagner le match. "Kevin est un gagnant, il n'aime pas perdre. Mais au niveau international, c'est une période où nous devons essayer des choses", a expliqué Martinez. "Nous avons besoin que les joueurs se comprennent les uns les autres. C'est vrai, tactiquement, nous ne sommes pas encore prêts. C'est ce que nous devons travailler d'ici à la Coupe du monde. C'est la période où nous préparons l'équipe. Contre le Mexique, c'est ce que nous avons fait: préparer l'équipe à une opposition différente, contre une équipe qui veut le ballon, la possession. Nous n'avions pas rencontré cela en qualification."

Concernant l'idée que les Diables Rouges comptent trop sur le talent individuel, Martinez nuance. "Une équipe nationale est un groupe d'individus très talentueux. Le défi est de mixer ce talent avec une manière de travailler qui nous donne cette structure, cette connaissance tactique. Il y a différents aspects. C'est vrai, en ce moment, j'ai encore besoin d'essayer des choses. Nous n'avons pas beaucoup de temps en équipe nationale, nous devons profiter des occasions pour tester des choses. Et à la fin, il faut intégrer tout ce talent dans une équipe structurée."

Les propos de De Bruyne n'auront pas de répercussions dans l'immédiat. "Je ne vais pas changer contre le Japon sur base des déclarations de ces dernières 24 heures. Je vais encore faire des essais."


Mignolet et Kabasele titularisés contre le Japon, Vertonghen de retour en défense

Simon Mignolet et Christian Kabasele seront titularisés contre le Japon mardi, tandis que Jan Vertonghen fera son retour dans le onze de base après la blessure qui l'avait privé du match contre le Mexique. C'est ce qu'a annoncé Roberto Martinez lors de sa conférence de presse. Tous les 26 joueurs étaient présents à l'entraînement au stade Jan Breydel.

"C'est important de voir Simon Mignolet dans les buts", a indiqué Martinez. "Jan Vertonghen et Christian Kabasele sont 'fit', c'est important de les voir à l'oeuvre." Le sélectionneur n'a pas donné d'autres indications sur son onze de départ, si ce n'est qu'Eden Hazard, absent de l'entraînement dimanche, est disponible. "Il a reçu un coup vendredi, mais il n'y a pas de quoi être inquiet. Nous allons évaluer la situation demain. Le raisonnement est le même pour Romelu Lukaku et les autres joueurs qui ont joué plus de 45 minutes vendredi."

Concernant le match de mardi, Martinez s'attend à une opposition difficile. "Le Japon nous proposera une approche complètement différente du Mexique. C'est une équipe issue d'une autre confédération, avec un groupe de joueurs énergiques, courageux, avec une habileté technique impressionnante", a expliqué Martinez. "J'ai été impressionné par la manière dont cette équipe s'est qualifiée pour le Mondial. Contre le Brésil (défaite 1-3 en amical vendredi, ndlr), ils ont essayé d'arrêter les Brésiliens très haut sur le terrain. Ils ont une attitude incroyable en tant qu'équipe. Individuellement, ils ont de grandes capacités physiques, sont très dynamiques et très bons techniquement."


Le 3-4-3 est le meilleur système pour la Belgique, estime Thomas Meunier

Thomas Meunier a retrouvé lundi, à l'occasion de l'entraînement des Diables Rouges avant le match contre le Japon, le stade Jan Breydel, où il a évolué pendant cinq ans. "C'est un plaisir de revenir ici", a déclaré l'arrière latéral. "J'ai fait un petit tour en voiture par le quartier où j'habitais. Les stewards sont les mêmes, j'ai repris la même place dans le vestiaire, à côté du capitaine Simons, c'est agréable."

L'instant nostalgie est vite passé. Meunier a ensuite dû répondre aux questions par rapport aux propos de Kevin De Bruyne. "Pour moi, la tactique est bonne, c'est la discipline tactique qu'il faut travailler", analyse Meunier. "On l'a vu contre le Mexique, en première période ils n'ont eu que deux occasions, le penalty et un tir. On a exécuté un très bon pressing. Le seul souci, c'était que le bloc était trop bas. En récupération de balle, on n'accompagnait pas assez offensivement, et c'est là qu'on a été pris en défaut. En deuxième période, on a arrêté le pressing et on s'est rendu la tâche plus difficile. On a vu la différence, on était toujours en un contre un sur le côté."

"Pour moi, le 3-4-3 est le meilleur système que la Belgique puisse avoir", a ajouté le latéral du Paris Saint-Germain. "Le problème c'est qu'il faut que les onze joueurs sur le terrain suivent offensivement et défensivement. Si un joueur ne fait pas la transition ou ne respecte pas la discipline tactique, ça créé des décalages."

Selon De Bruyne, la Belgique joue trop sur base du talent. Un avis que ne partage pas Meunier. "Quand Dries Mertens rentre et fait 2 assists, il fait tout simplement son boulot, il se sent concerné, il a des qualités immenses qu'il met au service collectivité. Un joueur qui fait la différence, ça fait partie de la collectivité. On l'a vu par exemple sur le deuxième but: on part d'une récupération, Lukaku au démarquage, Hazard en soutien, Dries qui centre... Il y a quatre ou cinq joueurs impliqués alors qu'on est dans les 20 derniers mètres. Si les onze joueurs investis se donnent à cent pour cent, on aura toujours l'avantage sur l'adversaire, cela reste le principal. Il faut laisser la responsabilité tactique au coach, les joueurs doivent s'impliquer du mieux qu'ils peuvent. Quand on voit les matches qu'on a faits pendant la qualification, il n'y a pas péril en la demeure."

Meunier ne critique pas De Bruyne pour s'être exprimé de la sorte en public. "Kevin est quelqu'un d'honnête et franc. Il dit ce qu'il pense, c'est intéressant d'avoir des caractères comme ça. C'est mieux qu'il dise quelque chose comme ça maintenant que pendant la Coupe du monde. Il dit peut-être ça pour provoquer une réaction. J'espère qu'il en a parlé avec le coach avant."


Revivez les moments forts de la conférence de presse (livetweet de notre spécialiste):