Football

Un commentaire de Jean-Claude Matgen.

En ne sélectionnant pas Nainggolan dans la liste des 23 joueurs qu’il emmènera en Russie, le trop conservateur Roberto Martinez fait grandement aveu de faiblesse. Non seulement, il se prive délibérément d’un excellent élément doublé d'un véritable guerrier, mais il démontre en même temps son manque de leadership.

Certains diront qu’au contraire, il manifeste ainsi son indépendance vis-à-vis de la vox populi. Nous croyons quant à nous qu’il affiche son incapacité à gérer et dominer un groupe.

Et si ce choix a été pris pour faire plaisir à quelques cadors du vestiaire que la présence de Nainggolan pourrait incommoder, ce serait encore plus inquiétant.

Quoi qu’il en soit, la Coupe du monde commence mal pour les Diables Rouges. D’ores et déjà, l’ambiance est plombée autour d’un noyau qui devra vivre avec d’autres incertitudes à propos de l’état de forme de certains tauliers.