Football Roberto Martinez veut un football positif mais sait que seule la victoire compte en Coupe du Monde.

Le match contre l’Arabie saoudite va permettre à Roberto Martinez de tester différents systèmes de jeu et plusieurs animations différentes.

Il pourrait même, vu la forme de Michy Batshuayi, tenter d’évoluer dans un schéma de jeu avec deux attaquants. "On l’a déjà fait contre les Tchèques. C’était positif. Michy Batshuayi a changé ces dernières semaines. Il est joyeux et confiant. Il m’impressionne."

Les Saoudiens ne prendront pas le jeu à leur compte mais travailleront de manière solidaire comme le fera la Tunisie.

Roberto Martinez a également porté son attention sur les autres futurs adversaires de l’équipe nationale. Bilan : le Panama travaille avec un système avec trois défenseurs axiaux pour gêner les Belges et l’Angleterre n’a pas impressionné en possession de balle.

Deux conclusions qui prouvent que la Belgique fait peur et qu’elle devra éviter de se faire prendre sur les contres anglais. "Nous voulons être prêts pour la Coupe du Monde et nous savons que les autres équipes nous surveillent. Ils vont tenter de couper nos qualités à la source."

Le coach espagnol n’a donc pas hésité à avouer qu’il serait capable de trahir sa philosophie de jeu au besoin. "Nous avons un football technique et de positions mais nous possédons les joueurs pour jouer le contre aussi. Mertens, Hazard, De Bruyne, Carrasco et Lukaku sont parmi les meilleurs en reconversions rapides. Quand on est dans une grande compétition, il faut savoir exploiter toutes ses qualités. On ne doit pas être naïfs et ne penser qu’offensivement. Les Allemands l’ont très bien fait à la dernière Coupe du Monde. On serait stupides de ne pas être flexibles tactiquement."