Football Matz Sels est devenu supporter du Celtic via son meilleur ami qui lui a transmis le virus lors d’un match face aux Rangers.

Ce mardi soir, Matz Sels ne sera pas surpris par l’ambiance du Celtic Park. Il l’a déjà connue deux fois mais uniquement des tribunes. "Mon meilleur ami est fan du Celtic et il m’y a emmené deux fois quand j’étais à Newcastle la saison passée. C’est tout près de Glasgow. Et l’atmosphère était géniale, surtout pour le match contre les Rangers", nous raconte le gardien du Sporting.

Ce meilleur ami fan du Celtic est aussi footballeur pro : Tom Pietermaat est l’arrière droit du Beerschot, en D1B. "Je suis un dingue de ce club depuis 15 ans, même ma salle de bain est peinte en verte et blanc", rigole-t-il. "Au début, Matz ne prenait pas mon amour du Celtic au sérieux. Une fois pour mon anniversaire, il m’a même offert un maillot des Rangers. Ça l’a fait marrer mais ce n’est juste pas possible pour un supporter du Celtic. Il a fallu que je l’emmène au stade pour qu’il comprenne."

Le transfert de Sels à Newcastle a facilité les choses. "Je suis allé le voir à un match de son club puis on a roulé durant deux grosses heures en direction du Glasgow. On a assisté au match du Celtic contre Ross County. C’était super mais on a refait l’excursion quelques mois plus tard pour le Old Firm contre les Rangers."

Ce jour-là, Sels ouvre de grands yeux. "Ce match face aux Rangers, c’est la même ambiance que pour les grandes affiches européennes", décrit Pietermaat.

Et Sels confirme : "En Belgique, un Anderlecht-Standard a une atmosphère particulière mais ce Celtic-Rangers, c’est encore autre chose. Il y a 60.000 dingues de football qui chantent pendant 90 minutes. C’est fantastique."

Après ce Old Firm, Sels s’achète une écharpe verte et blanche du Celtic. "Il s’est promené avec", rigole Pietermaat. "Au moment du tirage au sort de la Ligue des Champions cet été, il m’avait dit qu’il ne saurait pas quoi faire de cette écharpe si Anderlecht tombait contre le Celtic. Quand c’est arrivé, je lui ai dit qu’il devait l’accrocher dans son but pendant le match, histoire de marquer le coup."

Sels ne pourra en tout cas pas trop compter sur le soutien de son ami mardi soir. "Ce que je veux, c’est que Matz arrête tous les ballons pendant 89 minutes puis que le Celtic fasse 1-0 à la dernière minute. Mon amour pour le Celtic est trop grand. Le virus m’a été transmis par mon papa. Il était supporter d’Anderlecht et il avait fait le déplacement pour le match à Glasgow en 2003, déjà en Ligue des Champions. Il était tombé fou amoureux du Celtic. Il m’y a emmené. Et quand tu y es allé une fois, tu es perdu à tout jamais (sourire)."