Football Le coach de Charleroi a protégé ses joueurs au moment d’évoquer la lourde défaite de son équipe au Club de Bruges (6-0) (voir ici).

C’est un Felice Mazzù très calme qui s’est présenté en conférence de presse où il n’a jamais pointé du doigt ses joueurs suite à la lourde défaite encaissée par son équipe…

"Une montagne s’est abattue sur notre tête, expliquait le mentor des Zèbres. Par rapport au résultat et à l’extrême domination de Bruges, je tiens à prendre toute la responsabilité de la défaite. Par rapport à ma mise en place de l’équipe en première mi-temps. Bruges a eu l’intelligence, par l’intermédiaire de son entraîneur, de changer les mouvements par rapport à notre match de championnat où on avait eu la chance de faire 3-3. Les Brugeois sont parvenus à créer beaucoup d’espace dans notre ligne défensive de cinq. Cette lourde défaite, c’est ma responsabilité, pas celle des joueurs. Je pense que les joueurs ont fait des courses, ont eu de la volonté, ont essayé. C’est vrai qu’on a été dépassé dans quasiment tous les secteurs et c’est certainement à cause du manque d’automatismes par rapport au dispositif que j’ai mis en place. On a joué très bas, on n’a pas su ressortir avec Benavente, Baby et Rezaei. Et quand on a eu une superbe opportunité de faire 1-1, on n’a pas mis le ballon dans les filets adverses. Je ne dis pas que le match aurait été différent car on a vu un grand Bruges."

Et jusqu’à la fin de son discours, l’entraîneur des Zèbres a gardé sa ligne de conduite en protégeant ses hommes…

"Le positionnement de mes joueurs n’était vraiment pas bon et c’est de ma faute. Quand tu prends un but à Bruges après 40 secondes, le doute s’installe et l’adversaire devient encore plus fort. Comme lors du match en Coupe, on a été submergé et la victoire de Bruges est méritée. Le dispositif que j’ai mis en place n’était pas bon. Les joueurs ne doivent pas se poser des questions. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient par rapport à mes consignes. J’espère que je vais donner les bonnes consignes dimanche contre Gand. Nos playoffs ne sont pas terminés après ce non-match. Il reste six matches pour relever la tête et prendre des points. On ne doit rien abandonner car rien n’est terminé…"

Mais il est grand temps de se réveiller…