Football

L'international marocain d'Anderlecht Mbark Boussoufa estime avoir été "brutalisé" par la police bruxelloise lors d'un contrôle d'identité effectué dimanche et se dit victime d'un "acte de racisme".

Lors d'un contrôle policier mené dans un café du quartier de la gare du Midi à Bruxelles, le meneur de jeu des Mauves, qui n'était pas en possession de sa carte d'identité, a été menotté et plaqué au sol avant d'être emmené au commissariat, d'où il a été rapidement relâché, ont raconté des témoins cités par plusieurs journaux.

"Je ne sais toujours pas ce que j'ai fait de mal. Faut-il menotter quelqu'un parce qu'il a oublié ses papiers dans sa voiture ?", s'est indigné Boussoufa dans le quotidien La Dernière Heure/Les Sports.

"S'il s'agit d'un acte de racisme ? Je vous laisse répondre. Mais c'est clair, non ?", a-t-il conclu, se disant "sous le choc".

Le bourgmestre, Freddy Thielemans, a demandé qu'un rapport sur l'interpellation soit effectué, pour rechercher "tout élément pouvant laisser penser qu'un abus de pouvoir ou une forme de discrimination aurait été commis".

Mbark Boussoufa, 23 ans, a été formé à l'Ajax Amsterdam avant de porter les maillots de Chelsea, La Gantoise et Anderlecht. International marocain (9 sélections, 1 but), il avait été désigné meilleur joueur du Championnat de Belgique en 2006.

En septembre dernier, il avait parrainé un programme de lutte contre le racisme dans les stades initié par la Commission européenne et l'Union européenne de football (UEFA).