Football

AS Roma - Anderlecht 3-0. «C'est le premier mauvais souvenir de mon histoire européenne. Aad de Mos, l'entraîneur du Sporting, avait jugé bon de m'aligner au poste d'... arrière droit pour la première fois de ma carrière. J'ai évolué contre Giannini. Que ce fut dur! Cet Italien m'a littéralement rendu fou. J'ai été remplacé après septante minutes: je n'avais pas vocation à défendre...»

Anderlecht - PSV 2-0. «Mon premier bon souvenir. À mes yeux, ma meilleure prestation sous le maillot du Sporting. J'ai joui d'une bonne presse, aussi, après cette double confrontation. C'était rare. Il n'y a jamais eu d'alchimie entre Anderlecht et moi. Les amoureux du Sporting de l'époque n'appréciaient pas mon style. Je n'étais pas encore, non plus, le footballeur que je suis devenu par la suite. J'avais dix-huit ans. J'avais été transféré du Lierse, en D 2, à Anderlecht. J'étais trop jeune pour effectuer un tel bond. Je n'étais, tout simplement, pas assez mûr.»

Club - Maccabi Tel Aviv 3-0. «Mon premier match à domicile pour Bruges. Nous l'avions disputé à Rocourt. Le FC Liégeois nous avait accueillis comme des amis. Ses supporters n'avaient pas cessé de nous encourager avec sympathie. J'avais aussi inscrit deux buts. Mes deux premiers pour le Club.»

Barcelone - Club1-1. «On était déjà éliminés mais... j'ai marqué au Camp Nou. J'ai éprouvé un bonheur de gosse en découvrant mon nom inscrit en lettres de feu sur le tableau d'affichage de cet immense stade copieusement garni. Ma première fulgurance comme joueur.»

Nicosie - Club2-2. «Mon seul match européen décalé d'une semaine. La tragédie des Twin Towers de New York l'avait fait reporter de huit jours. Nous avions dû revenir en Belgique, puis repartir à Chypre. C'était inhabituel. Nous étions en vol quand l'attentat s'est produit. Notre avion avait ensuite dû se poser à Larnaca pour un problème technique. C'est un journaliste qui téléphonait chez lui, pendant l'escale, qui nous avait avertis de la tragédie. À l'hôtel, pendant deux jours, nous étions restés rivés sur les écrans de nos télévisions.»

Club - Lyon 4-1. «Un de nos supermatches européens contre une grande équipe lyonnaise. Le meilleur peut-être, intrinsèquement. Et quinze jours plus tard... la douche

Club - Dortmund2-1. «J'ai inscrit un but dans une rencontre qui préparait notre qualification pour la Ligue des Champions. Accéder à la Champions' League représente pour moi la jouissance sportive absolue. C'est beaucoup plus fort encore que remporter un championnat. Nous avions brillé contre un Borussia pourtant très fort, lui aussi. Il n'allait pas se remettre de cette élimination...«

AC Milan - Club0-1. «J'ai débuté sur le banc car je relevais de blessure. Je n'ai joué que dix minutes. J'ai donc contribué à la confection d'une des plus prestigieuses victoires de l'histoire européenne du Club. Une immense surprise et un grand exploit.»

Club - Ajax 2-1. «Cette victoire en apothéose d'une grande soirée nous qualifiait normalement pour le second tour de la Ligue des Champions. C'était compter sans la complaisance de Milan, qui s'était incliné à San Siro devant le Celta Vigo. J'ai revu les buts récemment. Je les juge toujours... surprenants.»

Club - Valerengen1-0. «C'est rarissime de camper 120 minutes d'un match européen dans le camp adverse. Je n'avais jamais vécu cela, même contre de petits adversaires. Et ce suspense des tirs au but, comme contre Shakhtar et à Dortmund! C'est le plus grand suspense que puisse générer un match de foot.»

© Les Sports 2005