Football Sa Pinto a rassuré tout le monde en l'espace d'une semaine, à commencer par ses dirigeants. En qualifiant le Standard pour les playoffs 1 et un offrant une 2e Coupe de Belgique en trois ans aux Liégeois, le Portugais a balayé d'un revers de la main toutes les critiques à son encontre. 

Les objectifs de fin de saison atteints, une qualification européenne acquise... que peut-il encore arriver au trublion portugais ? Eh bien, peut-être la rumeur d'un retour de Michel Preud'homme à Sclessin. Selon Le Soir, les conditions financières du deal pourraient permettre au Standard de faire revenir son coach phare de ces 10 dernières années.

En réalité, cela fait plusieurs semaines que le nom de MPH circule à Sclessin. Preud'homme a d'ailleurs souvent été vu dans les tribunes, au côté du président Venanzi. Les deux hommes ont longuement échangé ces derniers temps notamment au retour de la demi-finale retour à Bruges. C'est un secret de polichinelle que de dire que Venanzi apprécie l'ancien entraîneur de Bruges. Dès son arrivée à la présidence, il a toujours rêvé d'en faire son coach principal. L'été dernier, bien avant que la direction ne jette finalement son dévolu sur Ricardo Sa Pinto, elle a pris le pouls auprès de l'ancien coach brugeois.

Olivier Renard a eu une discussion avec le Liégeois mais la somme qu'il fallait alors payer au Club Bruges (1.5M€) a refroidi tout le monde. Après avoir vu que Bordeaux était tout proche de signer Michel Preud'homme, Bruno Venanzi a réactivé la piste, se disant 'pourquoi pas ?'. À l'époque, le président était fatigué du comportement de son coach, Sa Pinto. Malgré les bons résultats actuels (accessions en PO1 et victoire en Coupe), les doutes sont toujours présents dans les têtes des dirigeants quant au coach actuel. Et la clause initiale de 1,5M€ aurait baissé, rendant le retour de MPH à Sclessin de moins en moins hypothétique.

Enfin, le dernier élément de taille est le contrat de Sa Pinto. Celui-ci ne court que sur un an, avec une année en option. Cette option a été automatiquement activée lors de la qualification pour l'Europe, comme le prévoyait le contrat. Le coach est maintenant sous contrat jusqu'en juin 2019 et avec un salaire revalorisé suite l'accession aux playoffs 1.

Après la victoire en Coupe, Sa Pinto s'est justement épanché sur son avenir à Sclessin. "On a du temps pour parler de mon contrat. J'aime le Standard, j'aimerais rester ici. Je voulais stabiliser ma carrière mais nous devrons discuter de certaines choses."